Un regard animé sur l'ascension et la chute du territoire romain : 510 av.

Un regard animé sur l'ascension et la chute du territoire romain : 510 av.


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Selon un mélange de légendes et de documents historiques, la civilisation romaine antique s'étendait de la fondation mythique de Rome en tant que ville en 753 av. tribus, dirigées par Odoacre/Odovacer.

Entre sa naissance et sa disparition, la République puis l'Empire couvraient un vaste territoire, contrôlant la région méditerranéenne et incorporant une grande partie de l'Europe ainsi que des parties de l'Asie occidentale et de l'Afrique du Nord. L'expansion romaine a répandu une langue et une culture communes, un vaste réseau de transport et de commerce, l'innovation technologique et le droit romain.

Bien que disparu en tant que puissance, une grande partie de l'héritage de Rome s'est poursuivie après la chute de l'Empire.

Raconté par Sir Ian McKellen, The Road To Rome documente le voyage de trois auteurs de fiction historique alors qu'ils marchent de Naples à Rome habillés en soldats romains pour collecter des fonds pour une œuvre caritative. Leurs exploits ont permis de récolter plus de 25 000 £ de dons pour les associations caritatives Médecins Sans Frontières et Combat Stress.

Regarde maintenant

Ce GIF animé montre la croissance de la Rome antique depuis l'établissement de la République romaine en tant que cité-État en 509 av. L'échelle de temps de la carte se termine au début du règne de l'empereur byzantin ou romain d'Orient Justinien, qui a régné de 527 à 565 après JC.

Ce GIF a été créé par l'utilisateur de Wikimedia Commons Roke

La période républicaine est représentée en marron, tandis que l'Empire uni est en violet. Les empires romains d'Orient et d'Occident sont représentés comme totalement distincts à partir de 405 après JC, avec l'Occident en bleu et l'Est en vert. Lors de la phase finale, il n'y a pas du tout de bleu sur la carte.

Dan parle à Simon Elliott de Septime Sévère, de ses campagnes du Nord et de l'histoire vraie de cette sauvage invasion de l'Écosse au IIIe siècle.

Écoute maintenant

Huns alchons

Les Huns alchons, également connu sous le nom de Alchono, Alxon, Alkhon, Alkhan, Alakhana et Walxon, étaient un peuple nomade qui a établi des États en Asie centrale et en Asie du Sud au cours des 4e et 6e siècles de notre ère. [1] Ils ont d'abord été mentionnés comme étant situés à Paropamisus, puis se sont étendus au sud-est, dans le Pendjab et l'Inde centrale, jusqu'à Eran et Kausambi. L'invasion Alchon du sous-continent indien a éradiqué les Huns Kidarite qui les avaient précédés d'environ un siècle, et a contribué à la chute de l'empire Gupta, mettant en quelque sorte fin à l'Inde classique. [3] [4]

L'invasion de l'Inde par les peuples Huna fait suite aux invasions du sous-continent au cours des siècles précédents par les Yavana (Indo-Grecs), les Saka (Indo-Scythes), les Palava (Indo-Parthes) et les Kushana (Yuezhi). L'Empire Alchon était le troisième des quatre principaux États Huna établis en Asie centrale et du Sud. Les Alchon furent précédés par les Kidarites et suivis par les Hephtalites en Bactriane et les Nezak Huns dans l'Hindu Kush. Les noms des rois alchons sont connus grâce à leur vaste monnaie, leurs récits bouddhistes et un certain nombre d'inscriptions commémoratives dans tout le sous-continent indien.

Les Alchons ont longtemps été considérés comme une partie ou une sous-division des Hephtalites, ou comme leur branche orientale, mais ont maintenant tendance à être considérés comme une entité distincte. [1] [5] [6]


De 1993 à 2001, le prix ESPY du meilleur joueur de football universitaire a été décerné chaque année au joueur de football américain universitaire considéré comme le meilleur des États-Unis au cours d'une année civile donnée. Le porteur de ballon Gerard Garrison Hearst (né en 1971), jouant pour l'Université de Géorgie, a été le premier lauréat de ce prix historique. L'histoire, y compris l'histoire du football universitaire, est l'une des matières les plus intéressantes que les étudiants étudient. L'histoire de l'humanité remonte à des milliers d'années. De ce fait, il existe une vaste gamme d'époques et de sujets parmi lesquels choisir. Il peut être difficile d'essayer d'affiner un sujet et un sujet en particulier.

Creuser plus profond

Avec une si longue période et une multitude de sujets différents, comment pouvez-vous choisir un sujet à étudier ? N'ayez crainte, nous pouvons vous aider ! Dans le texte ci-dessous, nous avons créé une liste des principaux sujets de recherche en histoire. En utilisant ces sujets personnalisés, vous pouvez créer de superbes documents d'histoire.

Le mouvement américain des droits civiques

La marche de 1963 sur les participants et les dirigeants de Washington marchant du Washington Monument au Lincoln Memorial. Photographie de Rowland Scherman (1937–).

Des personnes telles que Martin Luther King, Malcolm X et Rosa Parks ont contribué à faire avancer le mouvement américain des droits civiques. Ce mouvement est l'une des époques les plus importantes de l'histoire moderne et a contribué à offrir aux minorités afro-américaines plus de droits et d'égalité. Il y a une mine d'informations disponibles, et l'ensemble du mouvement a été très documenté. Cela crée un excellent sujet académique et a une portée fantastique pour les écrivains.

La Seconde Guerre mondiale

L'avance allemande en Belgique et dans le nord de la France, du 10 mai au 4 juin 1940, a balayé la ligne Maginot (représentée en rouge foncé). Carte de Paul Siebert.

La Seconde Guerre mondiale reste le conflit le plus meurtrier de l'histoire de l'humanité. Cela en soi offre la possibilité d'une série d'articles de collège professionnel. Cependant, lorsque vous approfondissez le conflit, il y a littéralement des centaines de sujets différents à choisir. Vous pourriez, par exemple, vous concentrer sur une série de batailles spécifiques comme le front russe. Alternativement, vous pouvez regarder les généraux militaires et la stratégie. Pour faciliter les choses, il existe une pléthore de documents en ligne que vous pouvez utiliser comme recherche.

La guerre civile américaine

Carte des pertes du territoire confédéré d'année en année. Carte du bureau du chef de l'histoire militaire, armée des États-Unis - Histoire militaire américaine, série historique de l'armée Bibliothèque Perry-Castañeda Carte de la guerre civile 1861-1865 Collection de cartes.

En ce qui concerne les événements historiques importants, la guerre de Sécession est certainement la plus importante de la courte histoire du pays. Cette guerre a changé le tissu même et la composition du pays. Le Nord et le Sud se sont battus sur divers théâtres pour le contrôle du pays – chaque camp avait des idéologies politiques et culturelles différentes, le thème central étant l'esclavage des Noirs.

L'ascension et la chute de l'Empire romain

Carte animée de la République et de l'Empire romains entre 510 avant JC et 530 après JC. Carte par Roke (d).

L'empire romain était l'un des plus grands du monde. Dans l'Antiquité, Rome était le centre de l'univers. C'était un havre culturel. Les empereurs régnaient sur de vastes étendues de terre à travers l'Asie et l'Europe. De plus, des batailles et des campagnes épiques ont été menées pour rivaliser pour le contrôle de pays entiers. C'est certainement un sujet intéressant. N'oubliez pas que vous pouvez embaucher un rédacteur de recherche en ligne pour vous aider sur des sujets comme ceux-ci. L'empire romain s'étend sur une longue période et, par conséquent, une aide supplémentaire pourrait être nécessaire.

La course aux armements de la guerre froide

Stocks d'armes nucléaires des États-Unis et de l'Union soviétique/Russie. Carte créée par User:Fastfission d'abord en mappant les lignes à l'aide du programme Calc d'OpenOffice.org, puis en exportant un graphique au format SVG et en effectuant des modifications esthétiques substantielles dans Inkscape.

Après la Seconde Guerre mondiale, les tensions se sont apaisées et le monde a eu la paix. Cette paix était cependant temporaire. De nouvelles grandes puissances mondiales ont émergé, rivalisant pour le contrôle et la notoriété – les États-Unis, la Russie et la Chine. En conséquence, divers conflits de dé-facteurs sont survenus, tels que la guerre du Vietnam. De plus, chaque grande puissance a investi des fonds énormes dans le développement de ses branches militaires et de ses armes de destruction massive.

Une histoire des croisades

Premières éditions (publi. Cambridge University Press)

Au Moyen Âge, les grandes puissances européennes se sont lancées dans un certain nombre de croisades religieuses. Ces croisades avaient pour but d'introduire le christianisme au Moyen-Orient et de reprendre la ville sainte de Jérusalem. Cette période de l'histoire ancienne est vraiment intéressante - il y a une myriade de différentes croisades à étudier. De plus, vous pouvez regarder les États féodaux en Europe et les différents dirigeants qui ont rassemblé leurs forces pour se rendre en terre sainte.

La peste noire dans l'Europe médiévale

Propagation de la peste noire en Europe et au Proche-Orient (1346-1353). Carte de Flappiefh.

Une autre période fascinante de l'Europe médiévale qui fournit d'excellents sujets est l'épidémie de peste. La peste noire reste la pandémie la plus dévastatrice de l'histoire de l'humanité. On estime que 75 à 200 millions de personnes sont mortes des suites de la peste en Eurasie au cours des XIIe et XIVe siècles. Pour les sujets d'histoire, les étudiants peuvent examiner les origines de la peste, comment elle s'est propagée à travers l'Europe et comment les médecins médiévaux ont tenté de guérir cette maladie mortelle.

Présidents américains

Portrait de George Washington (1732-99) par Gilbert Stuart (1755-1828).

Les États-Unis ont une histoire fascinante. Les présidents américains sont un aspect de l'histoire des États-Unis qui fournit d'excellents sujets pour les articles. Chaque président américain a apporté quelque chose de différent et a changé la composition du pays. De George Washington et Abraham Lincoln à Bill Clinton et Barrack Obama, il y a tellement de matériel de recherche potentiel.

La course à l'espace

L'Union soviétique a pris une avance rapide dans la course à l'espace en lançant le premier satellite artificiel Spoutnik 1 (réplique illustrée) en 1957. Photographie de la NASA.

Pendant des décennies, les humains ont essayé de voyager dans les étoiles et d'explorer l'espace. Cet effort fournit un sujet historique intéressant à étudier. À partir des années 1950 et au-delà, nous avons réalisé des exploits magnifiques - Neil Armstrong a été le premier homme sur la lune, par exemple, en 1969. La course à l'espace a vu différentes puissances mondiales investir de l'argent dans le développement de leurs programmes spatiaux.

Meilleurs joueurs de football universitaire de tous les temps

Hearst avec Georgia en 1991. Photographie de Rod Hayes.

Le football universitaire est un sujet fantastique à étudier et est l'un des sports les plus populaires aux États-Unis et a créé de magnifiques athlètes. Regarder les meilleurs joueurs de football universitaire de tous les temps fournit une myriade de sujets historiques intéressants.

Espérons que votre tête regorge d'idées géniales pour les articles d'histoire. Comme vous pouvez le voir, il existe une myriade de sujets différents – des meilleurs joueurs de football universitaire de tous les temps à la Seconde Guerre mondiale et à la course à l'espace. Les sujets ci-dessus ne sont qu'un petit échantillon des idées que vous pouvez utiliser - si vous prenez le temps, il y a littéralement des centaines de sujets utiles parmi lesquels choisir. Question pour les étudiants (et les abonnés): Quels sujets avez-vous utilisés pour les essais d'histoire du collège? S'il vous plaît laissez-nous savoir dans la section commentaires sous cet article.

Si vous avez aimé cet article et souhaitez recevoir une notification de nouveaux articles, n'hésitez pas à vous abonner à Histoire et titres en nous aimant sur Facebook et devenir l'un de nos mécènes !

Votre lectorat est très apprécié !

Preuve historique

Pour plus d'informations, veuillez consulter…

Étage Kelleher, William. Écrire l'histoire : un guide pour les étudiants. Oxford University Press, 2015.

Les éditeurs de Sports illustrés. Sports Illustrated College Football’s Greatest (Sports Illustrated Greatest). Sports illustrés, 2016.

L'image présentée dans cet article, une photographie de Rod Hayes d'Eric Zeier (maillot n° 10) de l'Université de Géorgie, exécutant l'option avec son coéquipier Garrison Hearst (maillot n° 5) contre les Wildcats du Kentucky, est disponible sous Creative Commons CC0 1.0 Dédicace du domaine public universel.

À propos de l'auteur

"Mais je ne veux pas aller parmi les fous", fit remarquer Alice. "Oh, tu n'y peux rien", dit le Chat : "nous sommes tous fous ici. Je suis en colère. Tu es folle." "Comment sais-tu que je suis folle?" dit Alice. "Tu dois l'être," dit le Chat, "ou tu ne serais pas venu ici." Lewis Carroll, Alice au pays des merveilles


Europe 500 avant notre ère

Les Celtes de l'âge du fer et leurs proches dominent une grande partie de l'Europe, tandis que sur les terres méditerranéennes, un certain nombre de brillantes civilisations de cités-États, notamment les Grecs, fleurissent maintenant.

Abonnez-vous pour plus de contenu et supprimez les publicités

Vous avez perdu votre chemin ? Voir une liste de toutes les cartes

Abonnez-vous pour plus de contenu et supprimez les publicités

Civilisations

Abonnez-vous pour plus de contenu et supprimez les publicités

Ce qui se passe en Europe en 500BCE

Cette carte montre l'histoire de l'Europe en 500 avant notre ère. L'âge du fer s'est répandu dans toute la région et a donné naissance à la brillante civilisation des Grecs de l'Antiquité.

L'âge du fer en Europe

Au cours des derniers siècles, l'arrivée de l'âge du fer en Europe a entraîné une forte croissance des populations sur tout le continent, ainsi que de grandes avancées culturelles.

Les influences civilisatrices du Moyen-Orient ont recommencé à se faire sentir par les peuples du sud-est de l'Europe dans les siècles qui ont suivi 1000 avant notre ère. Les marchands phéniciens ont développé de nouveaux réseaux commerciaux à travers la mer Méditerranée. Ils ont apporté avec eux des connaissances sur les grandes civilisations de la Mésopotamie et de l'Égypte – ainsi qu'un nouvel outil important, l'écriture alphabétique.

Une nouvelle civilisation brillante

Sur les côtes et les îles de la mer Méditerranée – de la Grèce et de la mer Égée, de l'Italie et de la Sicile, des côtes méridionales de la France et de l'Espagne, et de l'Afrique du Nord – des centaines de cités-États fleurissent désormais. La force motrice derrière cela est les activités de colonisation des Grecs.

L'émergence de la cité-État classique dans le monde méditerranéen a permis à l'une des civilisations les plus brillantes de toute l'histoire humaine de se développer, celle de la Grèce antique.

La plupart ont rejeté leurs anciens rois tribaux et adopté un style de gouvernement républicain. Ils offrent un environnement fructueux pour des avancées dans de nombreuses branches d'activité : artistique, intellectuelle et politique.

Cette forme de gouvernement s'étend désormais à d'autres peuples de la région méditerranéenne : c'est à peu près maintenant que la petite ville de Rome, en Italie centrale, éjecte ses rois et devient une république.

Dans le nord

Au nord, les Celtes couvrent désormais l'Europe occidentale, de l'Espagne à l'ouest à la Grande-Bretagne au nord. Les peuples qui leur sont étroitement liés, à la fois ethniquement et culturellement, dominent l'Europe centrale.


Rome impériale

Une période de troubles et de guerres civiles au Ier siècle av. J.-C. marque le passage de Rome d'une république à un empire. Cette période a englobé la carrière de Jules César, qui a finalement pris le plein pouvoir sur Rome en tant que dictateur. Après son assassinat en 44 avant notre ère, le triumvirat de Marc Antoine, Lépide et Octave, le neveu de César, régna. Il ne fallut pas longtemps avant qu'Octave n'entre en guerre contre Antoine en Afrique du Nord, et après sa victoire à Actium (31 av. J.-C.), il fut couronné premier empereur de Rome, Auguste. Son règne, de 27 av. J.-C. à 14 de notre ère, se distingua par la stabilité et la paix.

Auguste a établi une forme de gouvernement connue sous le nom de principat, qui combinait certains éléments de la république avec les pouvoirs traditionnels d'une monarchie. Le Sénat fonctionnait toujours, bien qu'Auguste, en tant que princeps, ou premier citoyen, restât aux commandes du gouvernement. Sous Auguste, Rome recommença à prospérer et l'empereur en vint à être considéré comme un dieu. Par la suite, tous les bons empereurs étaient adorés comme des dieux après la mort. Parmi les souverains bien-aimés de Rome figuraient Trajan (règne 98-117), Hadrien (117-138), Antoninus Pius (138-161) et Marc Aurèle (161-180). Des hommes décadents et cruels ont également accédé au pouvoir : Caligula (37-41) et Néron (54-68) étaient tellement détestés que leurs règnes ont été rayés des archives officielles romaines.

C'est pendant le règne de Tibère (14-37) que Jésus-Christ a été crucifié. Par la suite, les chrétiens furent au mieux tolérés, mais souvent torturés ou tués, jusqu'au règne de Constantin Ier (312-337). En 313, un édit de tolérance pour toutes les religions fut publié, et à partir de 320 environ, le christianisme fut favorisé par l'État romain plutôt que persécuté par lui. Mais l'empire était en train de mourir. Le dernier de la lignée de Constantin, Théodose I (379-395), fut le dernier empereur à régner sur un empire romain unifié. L'empire d'Occident, souffrant d'invasions répétées et de la fuite des paysans vers les villes, s'était affaibli par rapport à l'Orient, où les épices et autres exportations garantissaient virtuellement richesse et stabilité. À la mort de Théodose, en 395, Rome se divise en empires d'Orient et d'Occident.

L'Occident a été sévèrement secoué en 410, lorsque la ville de Rome a été saccagée par les Wisigoths, une nation errante de peuples germaniques du nord-est. La chute de Rome fut achevée en 476, lorsque le chef allemand Odoacre déposa le dernier empereur romain d'Occident, Romulus Augustulus. L'Orient, toujours plus riche et plus fort, a continué comme l'Empire byzantin à travers le Moyen Âge européen.


Monde 500 avant notre ère

Certains des plus grands penseurs de toute l'histoire du monde vivent à cette époque. Leurs enseignements auront un impact durable sur l'histoire de l'humanité, jusqu'à nos jours.

Abonnez-vous pour plus de contenu et supprimez les publicités

Civilisations

Abonnez-vous pour plus de contenu et supprimez les publicités

L'histoire du monde en 500 avant notre ère - le monde classique prend forme

Grands penseurs

À cette époque, de nombreuses civilisations classiques du monde antique entrent dans leur période de grandeur : les civilisations grecque, chinoise, indienne et israélite connaissent toutes un élan de créativité, chacune produisant des penseurs qui façonneront profondément le cours futur de l'histoire du monde. Le Bouddha en Inde, Confucius en Chine, les philosophes grecs de l'école ionienne et les prophètes juifs de l'ancien Israël – tous établissent des modes de pensée dont l'influence est encore avec nous aujourd'hui.

Technologie et culture

Au cours des derniers siècles, la technologie de l'âge du fer s'est répandue partout dans l'hémisphère oriental. Il a maintenant atteint l'Asie du Sud-Est et se répand en Afrique. Partout où il arrive, il remplace les outils de l'âge de pierre utilisés par les agriculteurs depuis des millénaires. Cela permet à la productivité agricole d'augmenter, aux populations de s'étendre, aux villes et aux cités de se développer et à la civilisation de progresser. C'est l'un des grands tournants de l'histoire mondiale.

Dans le même temps, l'utilisation d'écritures alphabétiques s'est généralisée. L'écriture araméenne est maintenant utilisée dans tout le Moyen-Orient. Son emploi est favorisé par la montée en puissance d'immenses États impériaux dans la région et les transferts de population que cela a entraînés.

Au-delà du Moyen-Orient, l'écriture sanskrite étroitement liée a évolué parmi les Aryens en Inde. A l'ouest, les commerçants phéniciens ont porté l'alphabet aux Grecs, aux Italiens (y compris bien sûr aux Romains) et à d'autres peuples de la Méditerranée.

Moyen-orient

Au Moyen-Orient, les siècles passés ont vu l'ascension et la chute d'une succession de grands empires – l'Assyrien, le Néo-babylonien et le Médian. Maintenant, l'empire perse règne, le plus grand empire à ce jour.

Europe et Asie

Les Celtes arrivent maintenant à dominer la France et d'autres parties de l'Europe occidentale, la peuplant avec leurs forts de colline et leurs chefferies guerrières.

Dans les steppes d'Asie centrale, les cavaliers nomades sont devenus une menace majeure pour les civilisations sédentaires d'Eurasie. À l'Est, ces « barbares » ont déjà eu un impact sur l'histoire chinoise en aidant à diviser le royaume unifié des Zhou en de nombreux États différents et à l'Ouest, les raids en profondeur des Cimmériens ont causé de nombreuses destructions.

Au nord de la mer Noire, les Cimmériens ont été remplacés en tant que peuple dominant par les Scythes, dont les tribus s'étendent sur une vaste zone allant de l'Europe de l'Est à l'Asie centrale. Dans les steppes pascales, ce sont les Quanrong – probablement apparentés aux derniers Xiongnu (Huns) – qui semblent prédominer.

Afrique

En Afrique, l'agriculture de l'âge du fer a pris racine parmi les peuples bantous de la forêt tropicale ouest-africaine. Ils ont commencé à s'étendre à l'extérieur de leur pays d'origine.

La civilisation pénètre l'Afrique intérieure par le nord via le royaume de Nubie, devenant de plus en plus « africaine » au fur et à mesure qu'elle voyage.

Les Amériques

Dans l'hémisphère occidental, plusieurs centres de la civilisation olmèque du Mexique ont connu un développement mystérieux, avec l'enterrement rituel de grandes sculptures accompagnant la destruction de leurs communautés. Néanmoins, l'influence de la culture olmèque s'est maintenant étendue sur une grande partie de l'Amérique centrale.

Loin au sud, la civilisation Chavin, la première d'une longue série de cultures urbaines dans la région andine d'Amérique du Sud, est apparue.

Creusez plus profondément

Pour plus de détails sur les différentes civilisations, cliquez sur la chronologie appropriée ci-dessus.

Plus de liens « Dig Deeper » peuvent être trouvés dans les cartes régionales. Pour y accéder, cliquez sur les marqueurs dans la carte du monde.


Europe 500 CE

L'empire romain d'Occident est tombé aux mains des envahisseurs allemands, mais l'empire romain d'Orient reste intact.

Abonnez-vous pour plus de contenu et supprimez les publicités

Vous avez perdu votre chemin ? Voir une liste de toutes les cartes

Abonnez-vous pour plus de contenu et supprimez les publicités

Civilisations

Abonnez-vous pour plus de contenu et supprimez les publicités

Que se passe-t-il en Europe en 500CE

Cette carte montre l'histoire de l'Europe en 500 de notre ère. L'empire romain survit à l'est, mais les provinces de l'ouest sont tombées aux mains d'un groupe de tribus allemandes.

L'empire romain en déclin

Les trois derniers siècles ont vu l'Empire romain connaître de nombreux changements. Les grands jours de la Rome antique sont révolus et la ville de Rome elle-même a cessé d'être le siège du pouvoir politique. Les empereurs passent de plus en plus de temps près des frontières, pour faire face aux menaces toujours croissantes, tant au-delà des frontières que de leurs propres armées.

Au cours du IVe siècle, une transformation spectaculaire s'est amorcée lorsque l'empereur Constantin (règne 311-337) s'est converti au christianisme. Sous ses successeurs, le christianisme devint la religion officielle de l'empire. Constantin a également fondé une nouvelle capitale impériale, Constantinople.

La chute de l'empire romain en occident

Au Ve siècle, les provinces occidentales de l'empire furent envahies par les tribus allemandes. Un certain nombre de royaumes germaniques ont été établis ici, et leurs territoires se sont étendus pour couvrir l'ensemble du territoire de l'ancien empire occidental. Pendant un temps, toute l'Europe occidentale a été menacée par les redoutables Huns, un peuple d'Asie centrale qui, sous leur roi Attila, semblait pouvoir s'emparer de tout l'empire romain. En cas, cependant, ils ont été vaincus par une coalition de Romains et de Goths (451).

Enfin, en 476, le dernier empereur romain d'Occident abdique. Cela a laissé les royaumes des Wisigoths, des Bourguignons et des Francs se partager la Gaule, tandis que les Wisigoths et les Seubi se partageaient la péninsule ibérique. L'Afrique du Nord a été occupée par une autre tribu allemande, les Vandales. Le sud de la Grande-Bretagne est colonisé par des peuples du nord de l'Allemagne, connus dans l'histoire sous le nom d'Anglo-Saxons.

À cette date, même l'Italie, cœur de l'ancien empire romain, est sous domination barbare, le roi des Ostrogoths régnant depuis Ravenne, autrefois le siège des empereurs romains d'Occident.

La chute et la survie de la civilisation romaine

La civilisation gréco-romaine a pris un coup dur dans ces anciennes provinces romaines, et la société connaît d'énormes changements. Le mode de vie urbain dont jouissaient les Romains est en fort déclin.

Les villes rétrécies sont désormais dominées par des évêques chrétiens, qui se sont avérés être les seules figures capables de protéger les citadins en ces temps agités.

L'empire romain est loin d'être éteint. Elle s'est réduite à sa moitié orientale, mais, gouvernée depuis sa capitale Constantinople, elle reste puissante et prospère. Ici, la civilisation romaine continue de prospérer, bien que sous une forme modifiée au fur et à mesure qu'elle se transforme en civilisation byzantine. Surtout, l'Église chrétienne a une énorme influence sur sa société et sa culture.

Creusez plus profondément

Unités Premium

L'Europe au Moyen Âge (une vue à vol d'oiseau PowerPoint de mille ans d'histoire)

Europe médiévale I : 400 EC à 1000 EC (une couverture plus approfondie du haut Moyen Âge)


Mésopotamie

La Mésopotamie (du grec, qui signifie «entre deux fleuves») était une ancienne région située dans l'est de la Méditerranée délimitée au nord-est par les monts Zagros et au sud-est par le plateau arabe, correspondant à l'Irak d'aujourd'hui et à certaines parties de l'Iran, Syrie et Turquie et connu comme le Croissant Fertile et le berceau de la civilisation.

Les « deux fleuves » du nom font référence au Tigre et à l'Euphrate et la terre était connue sous le nom « Al-Jazirah » (l'île) pour les Arabes comme une terre fertile entourée d'eau. Le terme « croissant fertile » a été inventé par l'égyptologue J.H. Breasted (l. 1865-1935) en 1916 pour décrire la région de l'extrémité nord du golfe Persique, associée au jardin d'Eden biblique.

Publicité

La Mésopotamie était le foyer de nombreuses civilisations différentes s'étalant sur des milliers d'années qui ont contribué de manière significative à la culture et au progrès du monde. De nombreux aspects de la vie quotidienne pris pour acquis de nos jours, tels que l'écriture, la roue, un code de lois, la voile, le concept de la journée de 24 heures, le brassage de la bière, les droits civiques et l'irrigation des cultures tous ont d'abord été développés dans la terre entre deux rivières qui abritait les grandes civilisations mésopotamiennes.

Le berceau de la civilisation

Contrairement aux civilisations plus unifiées de l'Égypte ou de la Grèce, la Mésopotamie était un ensemble de cultures variées dont les seuls liens réels étaient leur écriture, leurs dieux et leur attitude envers les femmes. Les coutumes sociales, les lois et même la langue du peuple sumérien diffèrent de la période akkadienne, par exemple, et ne peuvent pas être supposées correspondre à celles des civilisations babyloniennes, il semble cependant que les droits des femmes (au cours de certaines périodes) , l'importance de l'alphabétisation et le panthéon des dieux étaient en effet partagés dans toute la région, bien que les dieux aient des noms différents selon les régions et les périodes.

Publicité

En conséquence, la Mésopotamie devrait être mieux comprise comme une région qui a produit plusieurs empires et civilisations plutôt que comme une seule civilisation. Même ainsi, la Mésopotamie est connue comme le « berceau de la civilisation » principalement à cause de deux développements qui s'y sont produits, dans la région de Sumer, au 4e millénaire avant notre ère :

  • l'essor de la ville tel qu'on le reconnaît aujourd'hui.
  • l'invention de l'écriture (bien que l'on sache aussi que l'écriture s'est développée en Égypte, dans la vallée de l'Indus, en Chine, et qu'elle a pris forme indépendamment en Méso-Amérique).

L'invention de la roue est également attribuée aux Mésopotamiens et, en 1922 CE, l'archéologue Sir Leonard Woolley a découvert "les restes de deux wagons à quatre roues, [sur le site de l'ancienne ville d'Ur] les plus anciens véhicules à roues de l'histoire jamais trouvés, ainsi que leurs pneus en cuir » (Bertman, 35 ans). D'autres développements ou inventions importants attribués aux Mésopotamiens comprennent, sans s'y limiter, la domestication des animaux, l'agriculture et l'irrigation, les outils communs, les armes et la guerre sophistiquées, le char, le vin, la bière, la démarcation du temps en heures, minutes, et secondes, les rites religieux, la voile (voiliers), et les codes juridiques. L'orientaliste Samuel Noah Kramer, en fait, a répertorié 39 « premières » dans la civilisation humaine qui ont pris naissance à Sumer. Ceux-ci inclus:

Inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite !

Les premières écoles, le premier cas de « polissage des pommes », le premier cas de délinquance juvénile, la première « guerre des nerfs », le premier congrès bicaméral, le premier historien, le premier cas de réduction d'impôts, le premier « Moïse », Le premier précédent juridique, la première pharmacopée, le premier « almanach du fermier », la première expérience de jardinage d'arbres d'ombrage, la première cosmogonie et cosmologie de l'homme, les premiers idéaux moraux, le premier « travail », les premiers proverbes et dictons, le premier Fables animales, Les premiers débats littéraires, Les premiers parallèles bibliques, Le premier « Noé », Le premier conte de la résurrection, Le premier « St. George', Le premier cas d'emprunt littéraire, le premier âge héroïque de l'homme, la première chanson d'amour, le premier catalogue de la bibliothèque, le premier âge d'or de l'homme, la première société « malade », les premières complaintes liturgiques, les premiers messies, le premier long- Champion de distance, La première imagerie littéraire, Le premier symbolisme sexuel, La première Mater Dolorosa, La première berceuse, Le premier portrait littéraire, Les premières élégies, La première victoire du travail, Le premier aquarium.

Des fouilles archéologiques commençant dans les années 1840 de notre ère ont révélé des établissements humains datant de 10 000 avant notre ère en Mésopotamie, ce qui indique que les conditions fertiles de la terre entre deux rivières ont permis à un ancien peuple de chasseurs-cueilleurs de s'installer sur la terre, de domestiquer des animaux et de porter son attention sur l'agriculture et le développement de l'irrigation. Le commerce suivit bientôt, et avec la prospérité vint l'urbanisation et la naissance de la ville. On pense généralement que l'écriture a été inventée en raison du commerce, de la nécessité d'une communication à longue distance et d'un suivi plus minutieux des comptes.

Apprentissage et religion

La Mésopotamie était connue dans l'antiquité comme un siège d'apprentissage, et on pense que Thalès de Milet (l. c. 585 avant notre ère, connu comme le « premier philosophe ») y a étudié. Comme les Babyloniens croyaient que l'eau était le « premier principe » d'où tout le reste découlait, et comme Thalès est célèbre pour cette affirmation même, il semble probable qu'il a étudié dans la région.

Publicité

Les activités intellectuelles étaient très appréciées dans toute la Mésopotamie, et les écoles (consacrées principalement à la classe sacerdotale) seraient aussi nombreuses que les temples et enseignaient la lecture, l'écriture, la religion, le droit, la médecine et l'astrologie. Il y avait plus de 1 000 divinités dans le panthéon des dieux des cultures mésopotamiennes et de nombreuses histoires concernant les dieux (parmi elles, le mythe de la création, le Enuma Elish). Il est généralement admis que les contes bibliques tels que la Chute de l'Homme et le Déluge (parmi beaucoup d'autres) sont issus de la tradition mésopotamienne, tels qu'ils apparaissent pour la première fois dans des œuvres mésopotamiennes telles que Le mythe d'Adapa et le L'épopée de Gilgamesh, la plus ancienne histoire écrite au monde. Les Mésopotamiens croyaient qu'ils étaient des collaborateurs des dieux et que la terre était imprégnée d'esprits et de démons (bien que «démons» ne doive pas être compris dans le sens chrétien moderne).

Le commencement du monde, croyaient-ils, était une victoire des dieux sur les forces du chaos mais, même si les dieux avaient gagné, cela ne signifiait pas que le chaos ne pouvait pas revenir. Grâce à des rituels quotidiens, à l'attention portée aux divinités, à des pratiques funéraires appropriées et à un simple devoir civique, les habitants de la Mésopotamie ont estimé qu'ils aidaient à maintenir l'équilibre dans le monde et à éloigner les forces du chaos et de la destruction. En plus des attentes selon lesquelles on honorerait ses aînés et traiterait les gens avec respect, les citoyens du pays devaient également honorer les dieux à travers les travaux qu'ils accomplissaient chaque jour.

Les hommes et les femmes travaillaient tous les deux, et « parce que l'ancienne Mésopotamie était fondamentalement une société agraire, les principales occupations étaient la culture et l'élevage du bétail » (Bertman, 274). D'autres occupations comprenaient celles du scribe, du guérisseur, de l'artisan, du tisserand, du potier, du cordonnier, du pêcheur, de l'enseignant, du prêtre ou de la prêtresse. Bertman écrit :

Publicité

A la tête de la société se trouvaient les rois et les prêtres servis par le personnel peuplé du palais et du temple. Avec l'institution d'armées permanentes et la propagation de l'impérialisme, les officiers militaires et les soldats professionnels ont pris leur place dans la main-d'œuvre en expansion et diversifiée de la Mésopotamie. (274)

Les femmes jouissaient de droits presque égaux et pouvaient posséder des terres, demander le divorce, posséder leur propre entreprise et conclure des contrats commerciaux. Les contrats, les accords commerciaux et la correspondance étaient écrits en écriture cunéiforme sur des tablettes d'argile et signés avec une empreinte du sceau cylindrique d'une personne, qui était sa forme d'identification. Once the tablet dried, it was sometimes placed in a clay envelope and sealed again so only the recipient could read the letter or contract. Cuneiform script was used in writing Semitic languages, such as Babylonian, or others like Sumerian and remained in use until replaced by alphabetic script. Receipts for goods received were also written on cuneiform tablets (as everything was, including literature) and these have all lasted much longer than documents written on papyrus or paper.

The earliest beer receipt in the world comes from Mesopotamia, known as the Alulu Receipt (c. 2050 BCE), written in the city of Ur. The early brewers of beer and wine, as well as the healers in the community, were initially women. These trades were later taken over by men, it seems, when it became apparent they were lucrative occupations. The work one did, however, was never considered simply a `job' but one's contribution to the community and, by extension, to the gods' efforts in keeping the world at peace and in harmony.

Buildings & Government

The temple, at the center of every city (known as a ziggurat, a step-pyramid structure indigenous to the region), symbolized the importance of the city's patron deity who would also be worshipped by whatever communities that city presided over. Every city had its own ziggurat (larger cities, more than one) to honor their patron deity. Mesopotamia gave birth to the world's first cities in history which were largely built of sun-dried brick. In the words of Bertman:

Advertisement

The domestic architecture of Mesopotamia grew out of the soil upon which it stood. Unlike Egypt, Mesopotamia –especially in the south– was barren of stone that could be quarried for construction.” The land was equally devoid of trees for timber, so the people “turned to other natural resources that lay abundantly at hand: the muddy clay of its riverbanks and the rushes and reeds that grew in their marshes. With them, the Mesopotamians created the world's first columns, arches, and roofed structures. (285)

Simple homes were constructed from bundles of reeds lashed together and inserted in the ground, while more complex homes were built of sun-dried clay brick (a practice followed later by the Egyptians). Cities and temple complexes, with their famous ziggurats, were all built using oven-baked bricks of clay which were then painted.

The gods were thought to be present in the planning and execution of any building project and very specific prayers, recited in a set order to the proper deity, were considered of utmost importance in the success of the project and the prosperity of the occupants of the home.

Whichever kingdom or empire held sway across Mesopotamia, in whatever historical period, the vital role of the gods in the lives of the people remained undiminished. This reverence for the divine characterized the lives of both the field worker and the king. The historian Helen Chapin Metz writes:

The precariousness of existence in southern Mesopotamia led to a highly developed sense of religion. Cult centers such as Eridu, dating back to 5000 BCE, served as important centers of pilgrimage and devotion even before the rise of Sumer. Many of the most important Mesopotamian cities emerged in areas surrounding the pre-Sumerian cult centers, thus reinforcing the close relationship between religion and government. (2)

The role of the king was established at some point after 3600 BCE and, unlike the priest-rulers who came before, the king dealt directly with the people and made his will clear through laws of his own devising. Prior to the concept of a king, the priestly rulers are believed to have dictated the law according to religious precepts and received divine messages through signs and omens the king, while still honoring and placating the gods, was considered a powerful enough representative of those gods to be able to speak their will through his own dictates, using his own voice.

This is most clearly seen in the famous laws of Hammurabi of Babylon (r. 1792-1750 BCE), but a ruler claiming direct contact with the gods was quite common throughout Mesopotamian history, most notably in the Akkadian king Naram-Sin (r. 2261-2224 BCE) who went so far as to proclaim himself a god incarnate. The king was responsible for the welfare of his people and a good king, who ruled in accordance with divine will, was recognized by the prosperity of the region he reigned over.

Still, even very efficient rulers, such as Sargon of Akkad (r. 2334-2279 BCE), had to deal with perpetual uprisings and revolts by factions, or whole regions, contesting his legitimacy. As Mesopotamia was so vast a region, with so many different cultures and ethnicities within its borders, a single ruler attempting to enforce the laws of a central government would invariably be met with resistance from some quarter.

The History of Mesopotamia

The history of the region, and the development of the civilizations which flourished there, is most easily understood by dividing it into periods:

Also known as The Stone Age (c. 10,000 BCE though evidence suggests human habitation much earlier). There is archaeological confirmation of crude settlements and early signs of warfare between tribes, most likely over fertile land for crops and fields for grazing livestock. Animal husbandry was increasingly practiced during this time with a shift from a hunter-gatherer culture to an agrarian one. Even so, the historian Marc Van De Mieroop notes:

There was not a sudden change from hunting-gathering to farming, but rather a slow process during which people increased their reliance on resources they managed directly, but still supplemented their diets by hunting wild animals. Agriculture enabled an increase in continuous settlement by people. (12)

As more settlements grew, architectural developments slowly became more sophisticated in the construction of permanent dwellings.

Pottery Neolithic Age (c. 7,000 BCE)

In this period there was a widespread use of tools and clay pots and a specific culture begins to emerge in the Fertile Crescent. Scholar Stephen Bertman writes, “during this era, the only advanced technology was literally 'cutting edge'” as stone tools and weapons became more sophisticated. Bertman further notes that “the Neolithic economy was primarily based on food production through farming and animal husbandry” (55) and was more settled, as opposed to the Stone Age in which communities were more mobile. Architectural advancements naturally followed in the wake of permanent settlements as did developments in the manufacture of ceramics and stone tools.

Copper Age (5,900 – 3,200 BCE)

Also known as The Chalcolithic Period owing to the transition from stone tools and weapons to ones made of copper. This era includes the so-called Ubaid Period (c. 5000-4100 BCE, named for Tell al-`Ubaid, the location in Iraq where the greatest number of artifacts were found) during which the first temples in Mesopotamia were built and unwalled villages developed from sporadic settlements of single dwellings. These villages then gave rise to the urbanization process during the Uruk Period (4100-2900 BCE) when cities rose, most notably in the region of Sumer, including Eridu, Uruk, Ur, Kish, Nuzi, Lagash, Nippur, and Ngirsu, and in Elam with its city of Susa.

The earliest city is often cited as Uruk, although Eridu and Ur have also been suggested. Van De Mieroop writes, “Mesopotamia was the most densely urbanized region in the ancient world” (as cited in Bertman, 201), and the cities which grew up along the Tigris and Euphrates rivers, as well as those founded further away, established systems of trade which resulted in great prosperity.

This period saw the invention of the wheel (c. 3500 BCE) and writing (c. 3000 BCE), both by the Sumerians, the establishment of kingships to replace priestly rule, and the first war in the world recorded between the kingdoms of Sumer and Elam (2700 BCE) with Sumer as the victor. During the Early Dynastic Period (2900-2334 BCE), all of the advances of the Uruk Period were developed and the cities, and government in general, stabilized.

Increased prosperity in the region gave rise to ornate temples and statuary, sophisticated pottery and figurines, toys for children (including dolls for girls and wheeled carts for boys), and the use of personal seals (known as Cylinder Seals) to denote ownership of property and to stand for an individual's signature. Cylinder Seals would be comparable to one's modern-day identification card or driver's license and, in fact, the loss or theft of one's seal would have been as significant as modern-day identity theft or losing one's credit cards.

Early Bronze Age (3,000 – 2119 BCE)

During this period, bronze supplanted copper as the material from which tools and weapons were made. The rise of the city-state laid the foundation for economic and political stability which would eventually lead to the rise of the Akkadian Empire (2334-2218 BCE) and the rapid growth of the cities of Akkad and Mari, two of the most prosperous urban centers of the time. The cultural stability necessary for the creation of art in the region resulted in more intricate designs in architecture and sculpture, as well as the following inventions or improvements:

a number of specific and momentous inventions: the plough and the wheel, the chariot and the sailboat, and the cylinder-seal, the single most distinctive art form of ancient Mesopotamia and a pervasive demonstration of the importance of property ownership and business in the country's daily life. (Bertman, 55-56)

The Akkadian Empire of Sargon the Great was the first multi-national realm in the world and Sargon's daughter, Enheduanna (l.2285-2250 BCE), the first author of literary works known by name. The library at Mari contained over 20,000 cuneiform tablets (books) and the palace there was considered one of the finest in the region.

Middle Bronze Age (2119-1700 BCE)

The expansion of the Assyrian Kingdoms (Assur, Nimrud, Sharrukin, Dur, and Nineveh) and the rise of the Babylonian Dynasty (centered in Babylon and Chaldea) created an atmosphere conducive to trade and, with it, increased warfare. The Guti Tribe, fierce nomads who succeeded in toppling the Akkadian Empire, dominated the politics of Mesopotamia until they were defeated by the allied forces of the kings of Sumer.

Hammurabi, King of Babylon, rose from relative obscurity to conquer the region and reign for 43 years. Among his many accomplishments was his famous code of laws, inscribed on the stele of the gods. Babylon became a leading centre at this time for intellectual pursuit and high accomplishment in arts and letters. This cultural centre was not to last, however, and was sacked and looted by the Hittites who were then succeeded by the Kassites.

Late Bronze Age (1700-1100 BCE)

The rise of the Kassite Dynasty (a tribe who came from the Zagros Mountains in the north and are thought to have originated in modern-day Iran) leads to a shift in power and an expansion of culture and learning after the Kassites conquered Babylon. The collapse of the Bronze Age followed the discovery of how to mine ore and make use of iron, a technology which the Kassites and, earlier, the Hittites made singular use of in warfare.

The period also saw the beginning of the decline of Babylonian culture due to the rise in power of the Kassites until they were defeated by the Elamites and driven out. After the Elamites gave way to the Aramaeans, the small Kingdom of Assyria began a series of successful campaigns, and the Assyrian Empire was firmly established and prospered under the rule of Tiglath-Pileser I (r. 1115-1076 BCE) and, after him, Ashurnasirpal II (r. 884-859 BCE) consolidated the empire further. Most Mesopotamian states were either destroyed or weakened following the Bronze Age Collapse c. 1250-c.1150 BCE, leading to a brief "dark age".

Iron Age (1000 – 500 BCE)

This age saw the rise and expansion of the Neo-Assyrian Empire under Tiglath-Pileser III (r. 745-727 BCE) and that Empire's meteoric rise to power and conquest under the rule of great Assyrian kings such as Sargon II (r. 722-705 BCE), Sennacherib (r. 705-681 BCE), Esarhaddon (r. 681-669 BCE) and Ashurbanipal (r. c. 668-627 BCE, who conquered Babylonia, Syria, Israel, and Egypt). The Empire suffered a decline as rapid as its rise due to repeated attacks on central cities by Babylonians, Medes, and Scythians in 612 BCE.

The tribes of the Hittites and the Mitanni consolidated their respective powers during this time which resulted in the rise of the Neo-Hittite and Neo-Babylonian Empires. King Nebuchadnezzar II (r. 605/604-562 BCE) of Babylon destroyed Jerusalem (588 BCE) during this period and forced the inhabitants of Israel into the “Babylonian Exile”. He was also responsible for extensive construction in Babylon, creating famous buildings such as the Ishtar Gate and the Great Ziggurat (the "Tower of Babel"). The fall of Babylon to Cyrus II of Persia (the Great, r. c. 550 - 530 BCE) in 539 BCE effectively ended Babylonian culture.

Classical Antiquity (500 BCE – 7th century CE)

After Cyrus II took Babylon, the bulk of Mesopotamia became part of the Achaemenid Persian Empire, and this period saw a rapid cultural shift in the region including a number of changes, most notably the loss of the knowledge of cuneiform script. The conquest of the Persians by Alexander the Great in 331 BCE brought Hellenization of the culture and religion but, even though Alexander tried to again make Babylon a city of consequence, its days of glory were now in the past.

After his death, Alexander's general Seleucus I Nicator (r. 305 - 281 BCE) took control of the region and founded the Seleucid Empire (312 - 63 BCE) which ruled until 63 BCE when the land was conquered by the Parthians who were, in turn, dominated by the Sassanians who established the Sassanian Empire (224 - 651 CE). The Sassanians honored the legacies of earlier Mesopotamian civilizations and preserved their contributions.

Between the Parthian Empire (247 BCE - 224 CE) and the Sassanians, the Roman Empire established itself in the region in c. 198 CE, (though Rome had arrived earlier in 116 - 117 CE but withdrew). The Romans improved the infrastructure of their colonies significantly through their introduction of better roads and plumbing and brought Roman Law to the land. Even so, the region was constantly caught up in the wars various Roman emperors waged, first with the Parthians and then Sassanians, over control of the land.

The ancient culture of the region, preserved by the Sassanians, was devastated by the conquest of Mesopotamia by Muslim Arabs in the 7th century CE which resulted in the unification of law, language, religion and culture under Islam. Aspects of the culture were retained but, as Bertman notes, “With the Islamic conquest of 651 CE the history of ancient Mesopotamia ends” (58). Today the great cities that once rose along the Tigris and Euphrates rivers are largely unexcavated mounds or broken bricks on arid plains, and the region of the Fertile Crescent has steadily dwindled into areas resembling wastelands due to human factors (such as overuse of the land through agricultural pursuits or urban development) and climate change.

Legacy

The legacy of Mesopotamia endures today through many of the most basic aspects of modern life such as the sixty-second minute and the sixty-minute hour. Helen Chapin Metz writes,

Because the well-being of the community depended upon close observation of natural phenomena, scientific or protoscientific activities occupied much of the priests' time. Par exemple, les Sumériens croyaient que chacun des dieux était représenté par un nombre. Le nombre soixante, sacré pour le dieu An, était leur unité de calcul de base. The minutes of an hour and the notational degrees of a circle were Sumerian concepts. The highly developed agricultural system and the refined irrigation and water-control systems that enabled Sumer to achieve surplus production also led to the growth of large cities. (4)

Urbanization, the wheel, writing, astronomy, mathematics, wind power, irrigation, agricultural developments, animal husbandry, and the narratives which would eventually be re-written as the Hebrew Scriptures and provide the basis for the Christian Old Testament all came from the land of Mesopotamia.

As noted, Kramer lists 39 `firsts' from Mesopotamia in his book History Begins at Sumer and yet, as impressive as those `firsts' are, Mesopotamian contributions to world culture do not end with them. The Mesopotamians influenced the cultures of Egypt and Greece through long-distance trade and cultural diffusion and, through these cultures, impacted the culture of Rome which set the standard for the development and spread of Western Civilization. Mesopotamia generally, and Sumer specifically, gave the world some of its most enduring cultural aspects and, even though the cities and great palaces are long gone, that legacy continued into the modern era.

In the 19th century CE, archaeologists of varying nationalities arrived in Mesopotamia to excavate for evidence which would corroborate the biblical tales of the Old Testament. At this time, the Bible was considered the oldest book in the world and the stories found in its pages were thought to be original compositions. The archaeologists who sought physical evidence to support the biblical stories found exactly the opposite once the ancient clay tablets were discovered and it was understood that the marks on them were not designs but a form of writing.

These cuneiform tablets were deciphered by the scholar and translator George Smith (l. 1840-1876 CE) in 1872 CE and this opened up the ancient civilizations of Mesopotamia to the modern world. The story of the Great Flood and Noah's Ark, the story of the Fall of Man, the concept of a Garden of Eden, even the complaints of Job had all been written centuries before the biblical texts by the Mesopotamians.

Once cuneiform could be read, and the ancient world of Mesopotamia opened up to the modern age, it transformed people's understanding of the history of the world and themselves. The discovery of the Sumerian Civilization and the stories of the cuneiform tablets encouraged a new freedom of intellectual inquiry into all areas of knowledge. It was now understood that the biblical narratives were not original Hebrew works, the world was obviously older than the church had been claiming, there were civilizations which had risen and fallen long before anyone previously thought and, if these claims by authorities of church and schools had been false, perhaps others were as well.

The spirit of inquiry in the late 19th century was already making inroads into challenging the paradigms of accepted thought when Smith deciphered cuneiform but the discovery of Mesopotamian culture and religion encouraged this further. In ancient times, Mesopotamia impacted the world through its inventions, innovations, and religious vision in the modern day it literally changed the way people understood the whole of history and one's place in the continuing story of human civilization.


Invasion of Alexander

The king of Macedonia invaded Persia

In January 334 B.C.E, The king of Macedonia: Alexander, Invaded Persia and began a series of campaigns that lasted ten years. Alexander broke the power of Persia in a series of decisive battles. He subsequently overthrew the Persian King Darius III and conquered the Achaemenid Empire in its entirety. Alexander was an admirer of Persian Kings and especially Cyrus the Great. He conquered Persia but the Persian culture conquered him. He married with the Persian Princess Roxana and ordered all his generals and 10,000 of his soldiers to follow suit in a mass Persian wedding. Alexander tried to emulate the Persian court customs and attempted to create a new culture, a mixture of both Persian and Hellenistic.

Alexander and the Greek Seleucids Burning & Plundering Persepolis in Persia

Alexander paid tribute to Cyrus the Great at his tomb. This shows how much Emperor Cyrus was respected, even in the eyes of his fierce enemies. When Alexander returned several years later and saw the Ruins of Persepolis, he regretted his act deeply.

Princess Roxana

Roxana (Roxanne) was the Persian princess of Bactria and the daughter of a nobleman named Oxyartes. She married the King of Macedonia: Alexander when he professed his love for her in the fortress around 327 B.C.E. Roxana bravely accompanied him on his campaign in India in 326 B.C.E. She bore him a posthumous son called Alexander IV Aegus, after Alexander’s sudden death. Roxana and her son became victims of the political intrigues of the collapse of the Alexandrian Empire. They were protected by Alexander’s mother, Olympias, in Macedon, but her assassination in 316 B.C.E. allowed Cassander to seek kingship. Since Alexander IV Aegus was the legitimate heir to the Alexandrian empire, Cassander ordered him and Roxana assassinated around 309 B.C.E. This is a factual based portrait and the historically accurate Roxanna.

Alexander past away

Although a masterful general, he lacked administrative skills. Shortly after his death in 323 B.C.E., his empire was divided among his contesting generals. An important legacy of his conquest of Persia was the introduction of the Persian imperial practices into the West. Many of these practices particularly those relating to state administration and the rule of law were later adopted by the Roman Empire.

The Seleucid Empire

Seleucid Dynasty was established by one of Alexander’s generals. After Alexander’s conquest, Persia fell under a foreign occupying force. The subsequent Seleucid Empire was obviously not Persian, but Greek. They did not arrive with the intent of evolving Persian culture, but rather to dominate it, use it, and overwhelm it with another culture: Greek. Some of the results were positive, in so much as Greek culture is as rich as ours and has much to offer. Nevertheless, since it set out to overwhelm and subjugate Persian culture instead of simply enriching its foundations, it can be viewed only as a foreign occupation. Fortunately, it did not succeed. The Persians gradually defeated the Greek Seleucids and consolidated their control over all of Persia and restored Persian culture.

Parthians gradually defeated the Greek Seleucids and consolidated their control over all of Persia

Anafiotika

Anafiotika is a charming small cluster of homes built on the slopes of the Acropolis above the Plaka. To reach Anafiotika, continue up the steps between Kouklis and the Byzantine church of St Nicholas. Wandering the streets is a joy and if you continue to your right, you can walk along the road that overlooks Athens whilst leading to the entrance for the Acropolis.

A slice of old Athens: Anafiótika

The main arteries of Pláka, above all Adhrianoú, home of the Manchester United beach towel and “Sex in Ancient Greece” playing cards, can become depressingly touristy. For a break, climb up into the jumble of streets and alleys that cling to the lower slopes of the Acropolis. Here, the whitewashed, island-style houses and ancient churches of the Anafiótika quarter proclaim a cheerfully architect-free zone. There’s still the odd shop, and taverna tables are set out wherever a bit of flat ground can be found, but there are also plenty of hidden corners redolent of a quieter era. A particularly good view of this area can be had by following the paths that track around the base of the Acropolis, above the buildings.


Voir la vidéo: La Pentecôte expliquée aux enfants


Commentaires:

  1. Kobi

    Désolé, pas dans une section .....

  2. Dajora

    Et où vous la logique?

  3. Keandre

    Wacker, il me semble une excellente idée

  4. Raanan

    Génial! Merci!!!

  5. Yozshular

    Je crois que tu avais tort. Je propose d'en discuter. Écrivez moi en MP, ça vous parle.



Écrire un message