Grampus V SS-207 - Histoire

Grampus V SS-207 - Histoire

Grampus V

( SS-207 : dp. 1 475 t. ; 1. 307'2" ; né. 27'3" ; dr. 13'3" ;
s. 20 k.; une. 10 tt., 1 3"; cpl. 59; cl. Tambour)

Le cinquième Grampus (SS-207), construit par Electric Boat Co. de Groton, Connecticut, a été lancé le 23 décembre 1940 ; Parrainé par Mme Clark H. Woodward; et commandé le 23 mai 1941 à New London Lt. Comdr. Edward S. Hutchinson aux commandes.

Après le shakedown dans le Long Island Sound, le Grampus a navigué vers les Caraïbes avec Grayback le 8 septembre pour conduire une patrouille de guerre modifiée, en revenant à New London le 28 septembre. L'attaque japonaise sur Pearl Harbor trouva le Grampus en cours de révision post-shakedown à Portsmouth, N.H., mais bientôt en guerre le 22 décembre, il s'embarqua pour le Pacifique, atteignant Pearl Harbor le 1er février 1942 via le canal de Panama et l'île Mare.

Lors de sa première patrouille de guerre (du 8 février au 4 avril 1942), le Grampus a coulé un pétrolier de 8 636 tonnes, la seule victime de sa courte carrière » et a reconnu les atolls de Kwajalein et Wotje, plus tard le théâtre de débarquements sanglants mais réussis. Les deuxième et troisième patrouilles du Grampus ont été gâchées par un grand nombre de patrouilleurs anti-sous-marins au large de Truk et une mauvaise visibilité alors que de fortes pluies hantaient son chemin le long des côtes de Luzon et de Mindoro. Les deux patrouilles se sont terminées à Fremantle, en Australie.

Embarquant quatre observateurs de la côte, les hommes courageux qui étaient stationnés sur des îles tenues par les Japonais pour transmettre par radio des informations vitales sur la navigation, l'accumulation militaire et la météo, le Grampus a navigué le 2 octobre 1942 pour sa quatrième patrouille de guerre. Malgré la présence de destroyers japonais, il débarqua les gardes-côtes sur les îles Vellu Lavella et Choiseul tout en menant sa patrouille. Cette patrouille, au plus fort de la campagne de Guadalcanal. a emmené Grampus dans des eaux grouillantes d'hommes de guerre japonais. Elle a aperçu un total de quatre croiseurs ennemis et 79 destroyers dans cinq convois différents. Bien qu'elle ait mené une série d'attaques agressives contre les navires japonais, recevant 104 grenades sous-marines pour son travail, le Grampus n'a pas été crédité d'avoir coulé des navires. Elle est revenue en Australie le 23 novembre.

La cinquième patrouille de guerre Grampus (14 décembre 1942-19 janvier 1943) l'a emmenée à travers les voies d'accès fréquentées par les sous-marins japonais et d'autres navires. La patrouille aérienne et maritime de cette zone était extrêmement lourde et bien qu'elle ait mené plusieurs attaques audacieuses sur les 41 contacts qu'elle a aperçus, Grampus s'est de nouveau vu refuser une mise à mort.

En compagnie de Grayback, le Grampus quitta Brisbane le 11 février 1943 pour sa sixième patrouille de guerre dont il ne revint pas, la manière de sa perte reste encore un mystère aujourd'hui. Des hydravions japonais ont signalé avoir coulé un sous-marin le 18 février dans la zone de patrouille de Grampus, mais Grayback a signalé avoir vu Grampus dans cette même zone le 4 mars. Le 5 mars, deux destroyers japonais, eux-mêmes perdus 2 jours plus tard, ont mené une attaque dans le détroit de Blackett, où une lourde nappe de pétrole a été aperçue le lendemain, indiquant que le Grampus a pu y avoir été perdu lors d'une attaque de nuit ou d'une fusillade contre les DD. Lorsque des tentatives répétées n'ont pas réussi à contacter Grampus, le vaillant sous-marin a été déclaré manquant à contrecœur et présumé perdu de toutes ses mains. Son nom a été rayé de la liste de la Marine le 21 juin 1943.

Grampus, a reçu trois étoiles de bataille pour le service de la Seconde Guerre mondiale. Ses première, quatrième et cinquième patrouilles de guerre ont été désignées avec succès.


Grampus V SS-207 - Histoire


P-40N 42-104961


Les neuf mètres entiers
par John King


A-20G 43-21627


P-40N 42-105915
Beaufort A9-13


Épaves d'avions du Pacifique
par Charles Darby


Musée PNG
à Port Moresby


LE GRAMPUS | Ilfracombe

Guide des marins exceptionnels sur les baleines et les dauphins trouvés en Grèce et en Méditerranée. Images haute résolution de cachalots, rorquals communs, globicéphales, rayés.

Grampus peut faire référence à : Un nom commun historiquement utilisé pour l'orque Grampus, le genre qui inclut le dauphin de Risso comme sa seule espèce CSS Grampus, un confédéré.

Définition de GRAMPUS. 1 : un dauphin (Grampus griseus) des mers tempérées et tropicales aussi : l'un des divers petits cétacés . 2 : le scorpion fouet géant .

Sous-marin de la classe Tench : posé le 8 février 1944 au Boston Navy Yard, Boston, MA. Lancé le 16 décembre 1944 Mise en service du USS Grampus (SS-523), 26 octobre 1949 .

Obtenez des informations, des faits et des images sur Grampus sur Encyclopedia.com. Facilitez les projets de recherche et les rapports scolaires sur Grampus avec des articles crédibles de notre .

Bienvenue sur le site Web du Grampus Inn, un pub de village classique dans le village de Lee, North Devon, Royaume-Uni.

Les hommes suivants ont été perdus alors qu'ils servaient sur l'USS Grampus (SS-207). Cliquez sur le nom d'un homme pour accéder à sa page commémorative personnelle sur ce site.

Japon - Nagoya Grampus - Résultats, calendriers, effectif, statistiques, photos, vidéos et actualités - Soccerway

Ordre des dauphins de Risso Cétacés : Famille Delphinidae : Grampus griseus (Cuvier) C'est un dauphin de taille moyenne mesurant en moyenne 3 m de long et 300 .

Découvrez ce que l'on sait sur les dauphins de Risso, Grampus griseus, les mammifères, les cétacés, les delphinidés, y compris leur aire de répartition mondiale et leurs habitats, leurs comportements alimentaires, leur vie.

アーセン・ベンゲル監督退団の挨拶 Merci à tous. Je n'oublie pas le Nagoya Grampus Eight Supporter.

Contributeur : C. Peter Chen. Avec le capitaine de corvette Edward S. Hutchinson aux commandes, le sous-marin Grampus a effectué sa croisière d'essai dans le détroit de Long Island, au large de l'est.

Albirex Niigata (アルビレックス新潟) 2 - 0 Nagoya Grampus () Deux buts d'Albirex en seconde période signifiaient qu'ils enregistraient leur .

Nom : Dragan Stojkovic Age. : 48 ans Nat. : Serbie Nommé : 22.01.2008 Contrat jusqu'au : 31.12.2013

Les dauphins de Risso, également connus sous le nom de Grampus, sont l'un des plus grands membres de la famille des dauphins. Il s'agit généralement d'un dauphin du large dont l'apparence côtière est rare.

Faits sur les dauphins de Risso (Grampus griseus) Introduction. Si vous souhaitez voir un dauphin d'apparence plus unique, en voici un à découvrir.

Liste des navires de la marine américaine perdus en raison d'incidents liés aux tempêtes/météo

Dauphin de Risso (Grampus griseus) Photo : Scott Hill, Corps de la NOAA : le saviez-vous ? · Le nom scientifique des dauphins de Risso (Grampus griseus) est dérivé du mot griseus.

Japon Football, statistiques, résultats. Japan Football - Tableau, analyses, conseils et pronostics, TABLE, PROCHAINS MATCHS, DERNIERS RESULTATS.

Diffusion en direct gratuite de la J-League sur sopcast, veetle et flash streaming, regardez gratuitement la J-League en direct


USS Princeton (CVL 23)

L'USS PRINCETON était le deuxième porte-avions léger de classe INDEPENDANCE et le quatrième navire de la Marine à porter ce nom. Comme les autres navires de sa classe, le PRINCETON était à l'origine conçu comme un croiseur léger, mais après l'attaque de Pearl Harbor, dans l'Illinois, la Marine avait un besoin urgent de plus de porte-avions. Par conséquent, quelques-uns des croiseurs légers en construction à cette époque ont été réorganisés en porte-avions.

Le 24 octobre 1944, l'USS PRINCETON a été attaqué par un bombardier en piqué japonais faisant exploser son chargeur de bombes. La partie arrière du PRINCETON a fait naufrage et de graves pertes ont été infligées à l'équipage de l'USS BIRMINGHAM (CL 62), qui aidait à combattre les incendies. Après que ses membres d'équipage restants aient été retirés, l'USS PRINCETON a été coulé par ses escortes.

Caractéristiques générales: Décerné : 1940 (comme croiseur léger), 1942 (comme porte-avions)
Pose de la quille : 2 juin 1941
Lancé : 18 octobre 1942
Mise en service : 25 février 1943
Coulé : 24 octobre 1944
Constructeur : New York Shipbuilding, Camden, N.J.
Système de propulsion : turbines à engrenages, 100 000 shp
Hélices : deux
Longueur : 623 pieds (189,9 mètres)
Faisceau : 71,5 pieds (21,8 mètres)
Tirant d'eau : 25,9 pieds (7,9 mètres)
Déplacement : env. 11 000 tonnes standard
Vitesse : 31,5 nœuds
Avion : 34
Catapultes : deux
Ascenseurs d'avion : deux
Armement : 26 canons de 40 mm, 22 canons de 20 mm
Équipage : env. 1560

Cette section contient les noms des marins qui ont servi à bord de l'USS PRINCETON. Ce n'est pas une liste officielle mais contient les noms des marins qui ont soumis leurs informations.

L'USS PRINCETON a été construit sous le nom de TALLAHASSEE (CL 61) par la New York Shipbuilding Corp., Camden, NJ, le 2 juin 1941 reclassé CV 23 le 16 février 1942 rebaptisé PRINCETON le 31 mars 1942 lancé le 18 octobre 1942 parrainé par Mme Harold Dodds et commandé à Philadelphie le 25 février 1943, sous le commandement du capitaine George R. Henderson.

Après le shakedown dans les Caraïbes et la reclassification en CVL 23 le 15 juillet 1943, le PRINCETON, avec le groupe aérien 23 embarqué, se mit en route pour le Pacifique. En arrivant à Pearl Harbor le 9 août, elle est sortie avec la TF 11 le 25 et s'est dirigée vers l'Île Baker. Là, il a servi de vaisseau amiral, TG 11.2 et a assuré la couverture aérienne pendant l'occupation de l'île et la construction d'un aérodrome là-bas, du 1er au 14 septembre. Pendant ce temps, ses avions ont abattu des avions de reconnaissance japonais "Emily" et, plus important encore, ont fourni à la flotte des photographies d'eux.

Terminant cette mission, PRINCETON a rendez-vous avec la TF 15, a mené des frappes contre les installations ennemies sur Makin et Tarawa, puis est retourné à Pearl Harbor. À la mi-octobre, il a navigué pour Espiritu Santo où il a rejoint la TF 38 le 20. Avec cette force, elle envoya ses avions contre les aérodromes de Buka et Bonis à Bougainville (1-2 novembre) pour diminuer la résistance aérienne japonaise lors des débarquements à Empress Augusta Bay. Les 5 et 11, ses avions ont attaqué Rabaul et le 19, avec la TF 50, ont aidé à neutraliser l'aérodrome de Nauru. PRINCETON a ensuite navigué vers le nord-est, a couvert les groupes de garnison en route vers Makin et Tarawa, et après avoir échangé des avions opérationnels contre des avions endommagés d'autres porte-avions, a pris la route pour Pearl Harbor et la côte ouest.

La disponibilité à Bremerton a suivi et le 3 janvier 1944, PRINCETON a fumé à l'ouest. À Pearl Harbor, il rejoint les porte-avions rapides de la TF 50, maintenant désigné TF 58. Le 19, il sort avec la TG 58.4 pour des frappes à Wotie et Taroa (29-31 janvier) pour soutenir les opérations amphibies contre Kwajalein et Majuro. Ses avions ont photographié la prochaine cible d'assaut, Eniwetok, le 2 février et le 3, ils sont revenus pour une mission plus destructrice - la démolition de l'aérodrome d'Engebi. Pendant 3 jours, l'atoll a été bombardé et mitraillé. Le 7, PRINCETON se retira à Kwajalein pour revenir à Eniwetok les 10-13 et 16-28, lorsque ses avions ramollirent les plages pour la force d'invasion, puis fournirent une couverture aérienne pendant l'assaut et le combat qui s'ensuivit.

D'Eniwetok, PRINCETON s'est retiré à Majuro, de là à Espiritu Santo pour se ravitailler. Le 23 mars elle est devenue en route pour les grèves contre l'installation et l'expédition ennemies dans les Carolines. Après avoir frappé le Palaus, le Woleai et le Yap, la force s'est reconstituée à Majuro et a de nouveau effectué une sortie le 13 avril. En route vers la Nouvelle-Guinée, les porte-avions ont fourni une couverture aérienne pour l'opération Hollandia (21-29 avril), puis ont traversé de nouveau la ligne de date internationale pour attaquer Truk (29-30 avril) et Ponape (1er mai).

Le 11 mai, le PRINCETON retourna à Pearl Harbor pour repartir le 29 pour Majuro. Là, elle rejoignit les porte-avions rapides et pointa son arc vers les Mariannes pour soutenir l'assaut sur Saipan. Du 11 au 18 juin, elle a envoyé ses avions contre des cibles sur Guam, Rota, Tinian, Pagan et Saipan, puis a fumé vers l'ouest pour intercepter une flotte japonaise signalée en route des Philippines vers les Mariannes. Lors de la bataille de la mer des Philippines qui a suivi, les avions de PRINCETON ont contribué 30 morts et ses canons 3 autres, plus 1 assistance, au bilan dévastateur infligé à l'aéronavale japonaise.

De retour aux Mariannes, PRINCETON a de nouveau frappé Pagan, Rota et Guam, puis a été réapprovisionné à Eniwetok. Le 14 juillet, il reprit la route alors que les porte-avions rapides rendaient leurs escadrons aux Mariannes pour fournir une couverture aérienne pour l'assaut et l'occupation de Guam et de Tinian. Le 2 août, la force est revenue à Eniwetok, reconstituée, puis a navigué pour les Philippines. En route, ses avions ont attaqué le Palaus, puis les 9 et 10 septembre ont frappé les aérodromes du nord de Mindanao. Le 11, ils pilonnèrent les Visayas. Au milieu du mois, la force est revenue sur l'échiquier du Pacifique pour soutenir l'offensive des Palaos, puis est retournée aux Philippines pour frapper Luzon, en se concentrant sur les champs Clark et Nichols. La force s'est ensuite retirée à Ulithi et au début d'octobre a bombardé et mitraillé les aérodromes, les installations et les navires ennemis dans la région de Nansei Shoto et Formosa en vue de l'invasion des Philippines.

Le 20, des débarquements ont été effectués à Dulag et San Pedro Bay, Leyte. PRINCETON, dans le TG 38.3, croisa au large de Luzon et envoya ses avions contre les aérodromes là-bas pour empêcher les attaques aériennes japonaises basées sur les navires alliés massés dans le golfe de Leyte. Le 24, cependant, les avions ennemis des champs Clark et Nichols trouvèrent TG 38.3 et rendirent la pareille. Peu avant 10 heures, un seul bombardier en piqué ennemi est sorti des nuages ​​au-dessus de PRINCETON. A 1500 pieds, le pilote a lâché sa bombe. Il a heurté les ascenseurs, s'est écrasé dans le pont d'envol et le hangar, puis a explosé. Les premiers incendies se sont rapidement étendus à mesure que de nouvelles explosions ont envoyé de la fumée noire s'échapper du pont d'envol et des flammes rouges le long des côtés de l'île à la poupe. Les navires de couverture ont fourni une assistance de sauvetage et de lutte contre l'incendie et ont protégé le porte-avions sinistré d'une nouvelle attaque. À 15 h 24, une autre explosion beaucoup plus puissante, peut-être le chargeur de bombes, a soufflé de la poupe du porte-avions et avec elle le pont d'envol arrière. BIRMINGHAM (CL 62), aux côtés de la lutte contre les incendies, subit de lourds dégâts et pertes.

Les efforts pour sauver PRINCETON ont continué, mais à 1604, les incendies ont gagné. Les bateaux ont été priés de retirer le personnel restant et peu après 1706, l'IRWIN (DD 794) a commencé à tirer des torpilles sur la carcasse en feu. À 17 h 46, RENO (CL 96) a relevé IRWIN et à 17 h 49, la dernière et la plus importante explosion a eu lieu. Les flammes et les débris ont grimpé de 1000 à 2000 pieds. La section avant de PRINCETON avait disparu. Son après section est apparu momentanément à travers la fumée. En 1750, il avait disparu, mais 1 361 membres de son équipage ont survécu. Inclus dans ce nombre était le capitaine John M. Hoskins, qui avait été le futur commandant du CVL 23 et a perdu son pied droit avec elle, mais qui, malgré la perte, deviendrait le 1er commandant du cinquième PRINCETON (CV 37) .

Les pertes et les dommages aux navires d'assistance étaient lourds : BIRMINGHAM - 85 tués, 300 blessés, un dessus fortement endommagé et la perte de 2 canons de 5 pouces, 2 de 40 mm et 2 de 20 mm MORRISON (DD 560) - mât de misaine perdu, bâbord brisé IRWIN - vers l'avant Supports de 5 pouces et directeur, tribord brisé et RENO - un canon de 40 mm brisé.


FC Tokyo scores en direct, calendrier et resultats - Football

FC Tokyo scores en direct (et la vidéo diffusion en direct en ligne*), composition de l'équipe avec le calendrier de la saison et les résultats. FC Tokyo jouera son prochain match le 19 juin 2021 contre Yokohama FC en J.League.

Lorsque le match commencera, vous pourrez suivre en direct Yokohama FC v FC Tokyo résultats en direct, les classements, les résultats mis à jour minute par minute et les statistiques de match. Nous pouvons avoir des extraits vidéo avec des buts et des actualités pour certains matchs du FC Tokyo, mais uniquement s'ils jouent leur match dans l'une des ligues de football les plus populaires. Le match précédent de FC Tokyo était contre Shonan Bellmare dans le J. League Cup, Playoffs, le match s'était terminé sur le score de 1 - 4 (FC Tokyo a gagné le match). L'onglet des matchs du FC Tokyo affiche les 100 derniers matchs de football avec les statistiques et les icônes de victoire/nul/défaite. Il y a aussi tous les matchs à venir de FC Tokyo qu'ils vont jouer.

Le graphique de performance et de forme du FC Tokyo est un algorithme unique de résultats en direct de SofaScore Football que nous générons à partir des 10 derniers matchs de l'équipe, de statistiques, d'une analyse détaillée et de nos propres connaissances. Ce graphique peut vous aider à parier sur les matchs du FC Tokyo, mais sachez que SofaScore LiveScore n'accepte aucune responsabilité pour toute perte financière ou autre, directe ou indirecte, résultant de toute action dépendante du contenu de ce site Web. .

Dans les détails du match, nous proposons un lien pour regarder en ligne Yokohama FC FC Tokyo en direct. Si ce match est couvert par le service de streaming en direct de nos partenaires, vous pouvez regarder Yokohama FC FC Tokyo sur votre PC et sur mobile - iPhone, iPad, Android ou téléphone Windows. Veuillez noter que les droits de propriété intellectuelle pour diffuser de tels événements sont généralement détenus au niveau du pays et, par conséquent, selon votre emplacement, il peut y avoir certains événements que vous ne pouvez pas voir en raison de ces restrictions.

L'effectif actuel du FC Tokyo est :

Avant: Diego Oliveira , Leandro , Kensuke Nagai , Kyosuke Tagawa , Reon Nozawa

Milieu de terrain : Adailton, Arthur Silva, Shuto Abe, Keigo Higashi, Hirotaka Mita, Takuya Uchida, Manato Shinada, Yojiro Takahagi, Kazuya Konno, Takuya Aoki, Ryoma Watanabe, Yuki Kajiura, Kojiro Yasuda

Défenseurs : Bruno Uvini , Joan Oumari , Ryoya Ogawa , Masato Morishige , Tsuyoshi Watanabe , Hotaka Nakamura , Kashifu Bangunagande , Takumi Nakamura , Makoto Okazaki , Sodai Hasukawa , Rio Omori , Sho Morita

Gardiens : Allez Hatano , Taishi Brandon Nozawa , Tsuyoshi Kodama , Akihiro Hayashi , Nobuyuki Abe

Vous pouvez cliquer sur n'importe quel joueur de la liste à droite et voir ses informations personnelles telles que nationalité, date de naissance, taille, pied préféré, position, valeur du joueur, historique des transferts, etc. Il existe également des statistiques pour chaque joueur dans toutes les compétitions avec tous les matchs joués et commencés, les minutes jouées, le nombre de buts marqués, le nombre de cartons et bien plus encore. La liste des meilleurs marqueurs de FC Tokyo est actualisée en temps réel pendant tous les matchs.

Le score en direct de SofaScore Football est disponible sous forme d'application iPhone et iPad, d'application Android sur Google Play et d'application Windows Phone. Vous pouvez nous trouver dans tous les magasins dans différentes langues à la recherche de "SofaScore". Installez l'application SofaScore et suivez tous les matches de FC Tokyo en direct sur votre mobile !


Facebook

23 mai 1941 - L'USS GRAMPUS (SS 207) est mis en service, avec le lieutenant Cmdr. Edward S. Hutchinson aux commandes.

L'USS Grampus (SS-207), un sous-marin de la classe Tambor, était le sixième navire de la marine américaine à porter le nom d'un membre de la famille des dauphins (Delphinidae) : Grampus griseus, également connu sous le nom de dauphin de Risso.

Sa quille a été posée par l'Electric Boat Company de Groton, Connecticut. Il a été lancé le 23 décembre 1940 (parrainé par Mme Clark H. Woodward) et commandé le 23 mai 1941 à New London, Connecticut, sous le commandement du lieutenant-commandant Edward S. Hutchinson.

Grampus a reçu trois étoiles de bataille pour son service pendant la Seconde Guerre mondiale. Ses première, quatrième et cinquième patrouilles de guerre ont été désignées avec succès.

Grampus a été perdu lors de sa sixième patrouille de guerre, en 1943.

Photos quotidiennes de militaires. Les avions, les chars, l'infanterie et les navires sont ici.

Publier des commentaires en anglais…

Vous avez des dauphins ?

19 juin 1945 - Le groupe d'attaque sous-marin coordonné, commandé par le Cmdr. Earl T. Hydeman, poursuit ses opérations contre les navires japonais dans la mer du Japon. L'USS Tinosa (SS 283) coule le cargo de l'armée Taito Maru et le cargo Kaisei Maru. (Ce jour dans l'histoire navale)

Il a reçu la Croix de la Marine
Citation partielle. il était commandant d'un groupe d'attaque coordonné composé de deux autres sous-marins et, en même temps, il exerçait le commandement général de deux autres groupes qui opéraient simultanément dans la même zone. Sous sa supervision compétente et son leadership inspirant, les neuf sous-marins opérant dans cette zone dangereuse ont écrasé l'ennemi à chaque tour et trente et un navires et seize petites embarcations, totalisant plus de 108 000 tonnes, ont été envoyés au fond, et deux navires ennemis et trois petites embarcations totalisant plus de 8 000 tonnes, ont été gravement endommagés.

Vous avez des dauphins ?

19 juin 1942 - USS Amberjack (SS-219) - Mise en service

Amberjack était un sous-marin de la classe Gato, le premier navire de la marine des États-Unis à porter le nom de la sériole.

Sa quille a été posée par l'Electric Boat Company de Groton, Connecticut, le 15 mai 1941. Elle a été lancée le 6 mars 1942 (parrainée par Mme Randall Jacobs), et commandée le 19 juin 1942, le lieutenant-commandant John A. Bole, Jr . en commande.
Amberjack a remporté trois étoiles de bataille pour son service pendant la Seconde Guerre mondiale et a été crédité du naufrage de trois navires, pour un total de 28 600 tonnes, tout en endommageant deux autres navires pour 14 000 tonnes endommagées.

Après un entraînement au shakedown dans les eaux au large de New London, Connecticut et Newport, Rhode Island, Amberjack a commencé le 20 juillet, à destination du Pacifique. Elle a transité le Canal de Panama à la mi-août et a atteint le Port de Perle le 20 août. Après des exercices d'entraînement, Amberjack est devenu en route pour sa première patrouille de guerre le 3 septembre. Deux jours plus tard, elle a touché à l'île Johnston pour faire le plein et, plus tard ce jour-là, a repris son voyage vers sa zone de patrouille entre la côte nord-est de la Nouvelle-Irlande et Bougainville, îles Salomon.

Dans une deuxième transmission radio le 4 février, Amberjack a rapporté avoir coulé un cargo de 5 000 tonnes chargé d'explosifs lors d'une attaque de surface nocturne de deux heures à cette date au cours de laquelle cinq torpilles ont été tirées. Lors de cet engagement, un officier est légèrement blessé à la main par des tirs de mitrailleuses. Le pharmacien en chef, le compagnon Arthur C. Beeman, s'est rendu sur le pont pour aider l'officier et a été tué par un tir de mitrailleuse

Le centre de loisirs des hommes enrôlés à la base sous-marine de Pearl Harbor porte le nom du pharmacien en chef Arthur C. Beeman, qui a été tué lors de la fusillade du 4 février 1943.

Disposition finale, coulé lors de la 3e patrouille par chargement de profondeur, le 16 février 1943, au large de Rabaul, tous perdus.


Grampus et Grayback ont ​​tous deux quitté Brisbane en février 1943. C'était sa 6e patrouille de guerre, dont elle n'est jamais revenue. Des hydravions japonais ont coulé un sous-marin le 18 février dans la zone de patrouille de Grampus, mais le Grayback a signalé avoir vu le navire dans cette même zone quelques semaines plus tard. La disparition du navire reste un mystère à ce jour.


Description du catalogue LISTES D'ÉQUIPAGE ET ACCORDS DE NAVIRES

Ces registres comprennent les listes d'équipage et les accords de navires, ainsi que certains journaux de bord officiels (d'équipage), qui devaient être envoyés par la loi au Registrar of Shipping and Seamen pour les navires immatriculés au Royaume-Uni. Les navires engagés dans le cabotage ou le commerce transmanche effectuaient un retour semestriel, tandis que les navires se rendant dans des ports plus éloignés complétaient un accord pour chaque voyage. Ces accords et listes d'équipage incluent généralement des informations telles que la destination du navire et les noms des membres d'équipage individuels avec l'âge, le rang, le lieu de naissance, l'ancien navire et le salaire. Le Journal Officiel n'est pas le journal de bord complet, mais seulement un relevé de certains incidents relatifs à l'équipage et parfois aux passagers, tels que les décès à bord, qui devaient être signalés au Greffier.

Lorsque les documents ont été rendus disponibles par le Public Record Office en 1966, ce bureau a demandé les dossiers des navires dans trois catégories. Le premier, et de loin le plus important, se compose de navires immatriculés à Southampton. Deuxièmement, nous avons revendiqué des navires qui avaient été construits à Southampton et, troisièmement, des navires qui utilisaient principalement ce port, en particulier les paquebots qui étaient si importants pour Southampton mais dont peu étaient enregistrés ici. Dans la première catégorie, on a tenté d'obtenir tous les enregistrements disponibles, à l'exception de ceux des navires connus pour être des yachts de moins de 40 tonnes ou des barges muettes. Dans les deuxième et troisième catégories, les navires devaient d'abord être identifiés, et ces sections ne sont en aucun cas exhaustives, nous ne pouvions avoir les documents que s'ils n'étaient pas requis par le port d'immatriculation.

L'objectif principal de cette liste est de fournir les noms des navires pour lesquels les listes d'équipage et les accords sont déposés au Southampton Record Office, avec les dates et le nombre d'articles. Les informations supplémentaires données ici ont été recueillies en partie à partir de l'immatriculation originale des navires, mais principalement à partir des documents eux-mêmes. Les utilisateurs doivent noter que les coordonnées des propriétaires, des maîtres et des voyages ont été extraites par un certain nombre de personnes différentes, la plupart inexpérimentées dans ce travail, et il n'a pas été possible de vérifier plus que des divergences évidentes. Il faut donc souligner que ces détails doivent être utilisés avec prudence. Il est prévu de faire à une date ultérieure un index des propriétaires et des maîtres.

Le nombre d'articles saisis pour chaque année correspond au nombre de documents et non de déclarations complètes. Dans certains cas, il peut n'y avoir qu'une seule feuille d'enregistrement de la libération d'un membre d'équipage, tandis que dans les années ultérieures, plusieurs documents constituent parfois une seule liste d'équipage. L'entrée « NA » indique que la boîte pertinente n'était pas disponible, il y a donc de fortes chances que les documents existent et soient conservés ailleurs, probablement parmi ceux conservés par le Public Record Office et le National Maritime Museum. Aucune liste n'était disponible pour certains navires notables, ou pour les années se terminant par 5, par exemple. 1875.

Certaines indications ont été données sur les voyages effectués par les navires. La quantité d'informations dans les documents varie considérablement. Pour les voyages au long cours, la destination autorisée est souvent donnée dans les termes les plus généraux et les seuls indices se trouvent dans les inscriptions faites aux différentes escales. Les navires côtiers donnent parfois un horaire détaillé des escales, mais parfois seulement une description générale. Aucune tentative n'a été faite pour indiquer si l'information couvre l'année entière, bien que cela puisse parfois être déduit.

Navires de grandes entreprises inclus dans les listes d'équipage (et quelques entreprises locales avec plusieurs navires)


USS Barb SS-220 et Contre-amiral Eugene "Lucky" Fluckey

Pour tous ses exploits, l'amiral Fluckey a déclaré qu'il était le plus fier d'une chose : "Aucun de ceux qui n'ont jamais servi sous mon commandement n'a reçu le Purple Heart pour avoir été blessé ou tué, et nous avons tous ramené notre Barb sain et sauf".

En 1973, un sous-marin italien nommé Enrique Tazzoli a été vendu pour la somme dérisoire de 100 000 $ comme ferraille. Le sous-marin, donné à la marine italienne en 1953, était en fait un incroyable vétéran de la Seconde Guerre mondiale avec un héritage qui n'aurait jamais dû passer aussi inaperçu dans les cimetières des recycleurs de métaux.

L'U.S.S. Barb était un pionnier, ouvrant la voie aux premiers missiles lancés par sous-marin et arborant un drapeau de bataille différent de celui de tout autre navire. En plus du ruban Medal of Honor en haut du drapeau identifiant l'héroïsme de son capitaine, le commandant Eugene "Lucky" Fluckey, la bordure inférieure du drapeau portait l'image d'une locomotive japonaise. L'U.S.S. Barb était en effet, le sous-marin qui "SANK A TRAIN".

18 juillet 1945 (Patience Bay, Au large de Karafuto, Japon) Il était après 4h du matin. et le commandant Fluckey se frotta les yeux en scrutant la carte étalée devant lui. C'était la douzième patrouille de guerre du Barb, la cinquième sous le commandement du commandant Fluckey. Il aurait dû confier le commandement à un autre capitaine après quatre patrouilles, mais avait réussi à conclure un accord avec l'amiral Lockwood pour faire un voyage de plus avec les hommes dont il s'occupait comme un père, si sa quatrième patrouille réussissait. Bien sûr, personne ne soupçonnait quand il avait conclu cet accord avant sa quatrième et ce qui aurait dû être sa dernière patrouille de guerre sur le Barb, que le succès du commandant Fluckey serait si grand qu'il recevrait la médaille d'honneur.

Le commandant Fluckey sourit en se souvenant de cette patrouille. "Lucky" Fluckey, ils l'ont appelé. Le 8 janvier, le Barb était sorti victorieux d'une bataille nocturne de deux heures après avoir coulé un gros navire de munitions ennemi. Deux semaines plus tard, dans le port de Mamkwan, il trouva le "filon-mère". plus de 30 navires ennemis. Dans seulement 5 brasses (30 pieds) d'eau, son équipage avait déclenché les torpilles avant du sous-marin, puis avait tourné et tiré quatre de la poupe. Alors qu'il poussait le Barb à la limite de sa vitesse à travers les eaux dangereuses dans un retrait audacieux vers la mer ouverte, il a enregistré huit coups directs sur six navires ennemis.

Que pouvait-il rester à accomplir pour le commandant qui, trois mois plus tôt seulement, était à Washington, DC pour recevoir la médaille d'honneur ? Il sourit intérieurement en regardant à nouveau la carte montrant la voie ferrée qui longeait la côte ennemie. Maintenant, son équipe bourdonnait d'excitation à l'idée d'emballer un train.

La voie ferrée elle-même ne serait pas un problème. Une patrouille à terre pourrait débarquer dans l'obscurité pour poser les explosifs... l'une des charges de sabordage de 55 livres du sous-marin. Mais ce matin, Lucky Fluckey et ses officiers se demandaient comment ils pouvaient faire sauter non seulement les rails, mais aussi l'un des trains fréquents qui transportaient les fournitures pour équiper la machine de guerre japonaise. Mais peu importe à quel point l'idée pouvait paraître folle, le skipper du Barb ne risquerait pas la vie de ses hommes. Ainsi le problème. comment faire exploser la charge au moment du passage du train, sans mettre en danger la vie d'un groupe à terre. PROBLÈME?

Solutions! Si vous ne les cherchez pas, vous ne les trouverez jamais. Et même alors, ils arrivent parfois de la manière la plus inhabituelle. Naviguant lentement sous la surface pour échapper à l'avion ennemi qui tourne maintenant au-dessus de nous, la monotonie est rompue avec une nouvelle idée passionnante. Au lieu d'avoir un membre d'équipage à terre pour déclencher des explosifs pour faire exploser à la fois le rail et un train qui passe, pourquoi ne pas laisser le train SE FAIRE exploser. Billy Hatfield expliquait avec enthousiasme comment il avait cassé des noix sur les voies ferrées lorsqu'il était enfant, plaçant les noix entre deux traverses afin que l'affaissement du rail sous le poids d'un train les brise. "Tout comme le craquage de noix", a-t-il expliqué. "Pour compléter le circuit (détoner la charge de 55 livres), nous branchons un micro-interrupteur. entre deux cravates. Nous ne le déclenchons pas, le TRAIN le fait. » Non seulement Hatfield avait le plan, mais il voulait faire partie de la fête à terre des bénévoles.

La solution trouvée, les volontaires ne manquaient pas, il suffisait d'une météo favorable. une petite couverture nuageuse pour assombrir la lune pour la mission à terre. Lucky Fluckey a établi ses propres critères pour le groupe de bénévoles : . Aucun homme marié ne serait inclus, à l'exception de Hatfield, . Le parti comprendrait des membres de chaque département, . L'opportunité serait partagée entre les marins réguliers de la Marine et de la Réserve de la Marine. Au moins la moitié des hommes devaient avoir été des scouts, expérimentés dans la façon de se gérer en cas d'urgence médicale et dans les bois. ENFIN, "Lucky" Fluckey dirigerait lui-même les saboteurs.

Lorsque les noms des 8 marins sélectionnés ont été annoncés, ils ont été accueillis avec un mélange d'excitation et de déception. Parmi les déçus figurait le commandant Fluckey qui a abandonné son opportunité à l'insistance de ses officiers sur le fait que "qu'il appartenait au commandant du Barb", couplé à la menace de celui qui "je jure que j'enverrai un message à ComSubPac si vous essayez cela (rejoindre le Shore party lui-même). » Même un prisonnier de guerre japonais détenu sur le Barb a voulu y aller, promettant de ne pas essayer de s'échapper.

En attendant, il n'y aurait plus de harcèlement de la navigation japonaise ou des opérations à terre par le Barb jusqu'à ce que la mission du train ait été accomplie. L'équipage "serait bas", préparait son équipement, s'entraînait et attendait le temps.

22 juillet 1945 (Patience Bay, au large de Karafuto, Japon) Patience Bay épuisait la patience du commandant Fluckey et de son équipage innovant. Tout était prêt. Pendant les quatre jours que les saboteurs avaient anxieux observés dans le ciel à la recherche de nuages, l'équipage inventif du Barb avait construit son micro-interrupteur. Lorsque le besoin s'est fait sentir d'une pioche et d'une pelle pour enterrer la charge explosive et les batteries, les ingénieurs du Barb avaient découpé des plaques d'acier dans les plats inférieurs d'une salle des machines, puis les avaient pliées et soudées pour créer les outils nécessaires. Les seules choses indépendantes de leur volonté étaient la météo. and time. Only five days remained in the Barb's patrol.

Anxiously watching the skies, Commander Fluckey noticed plumes of cirrus clouds, then white stratus capping the mountain peaks ashore. A cloud cover was building to hide the three-quarters moon. This would be the night.

MIDNIGHT, July 23, 1945
The Barb had crept within 950 yards of the shoreline. If it was somehow seen from the shore it would probably be mistaken for a schooner or Japanese patrol boat. No one would suspect an American submarine so close to shore or in such shallow water. Slowly the small boats were lowered to the water and the 8 saboteurs began paddling toward the enemy beach. Twenty-five minutes later they pulled the boats ashore and walked on the surface of the Japanese homeland.

Stumbling through noisy waist-high grasses, crossing a highway and then into a 4-foot drainage ditch, the saboteurs made their way to the railroad tracks. Three men were posted as guards, Markuson assigned to examine a nearby water tower. The Barb's auxiliary man climbed the ladder, then stopped in shock as he realized it was an enemy lookout tower. an OCCUPIED tower. Fortunately the Japanese sentry was peacefully sleeping and Markuson was able to quietly withdraw and warn his raiding party.

The news from Markuson caused the men digging the placement for the explosive charge to continue their work more slowly and quietly. Twenty minutes later the holes had been dug and the explosives and batteries hidden beneath fresh soil.

During planning for the mission the saboteurs had been told that, with the explosives in place, all would retreat a safe distance while Hatfield made the final connection. If the sailor who had once cracked walnuts on the railroad tracks slipped during this final, dangerous procedure, his would be the only life lost. On this night it was the only order the saboteurs refused to obey, all of them peering anxiously over Hatfield's shoulder to make sure he did it right. The men had come too far to be disappointed by a switch failure.

1:32 A.M.
Watching from the deck of the Barb, Commander Fluckey allowed himself a sigh of relief as he noticed the flashlight signal from the beach announcing the departure of the shore party. He had skillfully, and daringly, guided the Barb within 600 yards of the enemy beach. There was less than 6 feet of water beneath the sub's keel, but Fluckey wanted to be close in case trouble arose and a daring rescue of his saboteurs became necessary.

1:45 A.M.
The two boats carrying his saboteurs were only halfway back to the Barb when the sub's machine gunner yelled, "CAPTAIN! Another train coming up the tracks!" The Commander grabbed a megaphone and yelled through the night, "Paddle like the devil!", knowing full well that they wouldn't reach the Barb before the train hit the micro switch.

1:47 A.M.
The darkness was shattered by brilliant light and the roar of the explosion. The boilers of the locomotive blew, shattered pieces of the engine blowing 200 feet into the air. Behind it the cars began to accordion into each other, bursting into flame and adding to the magnificent fireworks display. Five minutes later the saboteurs were lifted to the deck by their exuberant comrades as the Barb turned to slip back to safer waters. Moving at only two knots, it would be a while before the Barb was into waters deep enough to allow it to submerge. It was a moment to savor, the culmination of teamwork, ingenuity and daring by the Commander and all his crew. "Lucky" Fluckey's voice came over the intercom. "All hands below deck not absolutely needed to maneuver the ship have permission to come topside." He didn't have to repeat the invitation. Hatches sprang open as the proud sailors of the Barb gathered on her decks to proudly watch the distant fireworks display. The Barb had "sunk" a Japanese TRAIN!

On August 2, 1945 the Barb arrived at Midway, her twelfth war patrol concluded. Meanwhile United States military commanders had pondered the prospect of an armed assault on the Japanese homeland. Military tacticians estimated such an invasion would cost more than a million American casualties. Instead of such a costly armed offensive to end the war, on August 6th the B-29 bomber Enola Gay dropped a single atomic bomb on the city of Hiroshima , Japan . A second such bomb, unleashed 4 days later on Nagasaki , Japan , caused Japan to agree to surrender terms on August 15th. On September 2, 1945 in Tokyo Harbor the documents ending the war in the Pacific were signed.

The story of the saboteurs of the U.S.S. Barb is one of those unique, little known stories of World War II. It becomes increasingly important when one realizes that the 8 sailors who blew up the train at near Kashiho, Japan conducted the ONLY GROUND COMBAT OPERATION on the Japanese "homeland" of World War II.

The eight saboteurs were:
Paul Saunders
William Hatfield
Francis Sever
Lawrence Newland
Edward Klinglesmith
James Richard
John Markuson
William Walker.

For conspicuous gallantry and intrepidity at the risk of his life above and beyond the call of duty as commanding officer of the U.S.S. Barb during her 11th war patrol along the east coast of China from 19 December 1944 to 15 February 1945. After sinking a large enemy ammunition ship and damaging additional tonnage during a running 2-hour night battle on 8 January, Comdr. Fluckey, in an exceptional feat of brilliant deduction and bold tracking on 25 January, located a concentration of more than 30 enemy ships in the lower reaches of Nankuan Chiang (Mamkwan Harbor). Fully aware that a safe retirement would necessitate an hour's run at full speed through the uncharted, mined, and rock-obstructed waters, he bravely ordered, "Battle station &mdash torpedoes!" In a daring penetration of the heavy enemy screen, and riding in 5 fathoms [9 m] of water, he launched the Barb's last forward torpedoes at 3,000 yard [2.7 km] range. Quickly bringing the ship's stern tubes to bear, he turned loose 4 more torpedoes into the enemy, obtaining 8 direct hits on 6 of the main targets to explode a large ammunition ship and cause inestimable damage by the resultant flying shells and other pyrotechnics. Clearing the treacherous area at high speed, he brought the Barb through to safety and 4 days later sank a large Japanese freighter to complete a record of heroic combat achievement, reflecting the highest credit upon Comdr. Fluckey, his gallant officers and men, and the U.S. Naval Service.

Foot note: Eugene Bennett Fluckey retired from the Navy as a Rear Admiral, and wears in addition to his Medal of Honor, FOUR Navy Crosses. a record of awards unmatched by any living American. In 1992 his own history of the U.S.S. Barb was published in the award winning book, THUNDER BELOW. Over the past several years proceeds from the sale of this exciting book have been used by Admiral Fluckey to provide free reunions for the men who served him aboard the Barb, and their wives.

PS: The Admiral graduated from the US Naval Academy in 1935 and lived to age 93, passing on in 2007, Obituary below.

Obituary by Richard Goldstein, published July 2, 2007

Rear Adm. Eugene B. Fluckey, one of America&rsquos most daring submarine commanders of World War II and a recipient of the Medal of Honor, died Thursday in Annapolis, Md. He was 93.

The cause was complications of Alzheimer&rsquos disease, said his daughter, Barbara Bove.

The skipper of the submarine Barb in the Pacific from April 1944 to August 1945, Commander Fluckey was known for innovative tactics. He was the only American submarine skipper to fire rockets at Japanese targets on shore, and he oversaw a sabotage raid in which sailors from his submarine blew up a Japanese train.

In addition to receiving the Medal of Honor, the nation&rsquos highest award for valor, he was awarded four Navy Crosses, his service&rsquos second-highest decoration.

The Joint Army-Navy Assessment Committee, which provided final, official tallies for World War II submarine attacks, credited him with destroying 95,360 tons of Japanese shipping, the highest total for an American submarine commander. According to Admiral Fluckey&rsquos own findings, based on his 10 years of postwar research, the Barb sank about 145,000 tons under his command during five extended periods at sea.

He was credited by military authorities with sinking 16 Japanese ships and taking part with two other skippers in a 17th sinking, the fourth-highest total among World War II submarine commanders from the United States. By his own accounting, he sank 28 ships and took part in a 29th sinking.

In September 1944, the Barb sank the 20,000-ton Japanese aircraft carrier Unyo and an 11,000-ton Japanese tanker in the same torpedo salvo.

Richard O&rsquoKane, also a Medal of Honor recipient, ranked No. 1 in sinkings, with 24, but No. 2 behind Commander Fluckey in tonnage destroyed, according to the joint assessment unit, whose postwar findings generally differed from submarine commanders&rsquo reports filed in the aftermath of combat.

Telling of the Barb&rsquos attacks on Japanese shipping early in 1945, Clay Blair Jr. wrote in the book &ldquoSilent Victory: The U.S. Submarine War Against Japan&rdquo that when Commander Fluckey took his submarine back to Pearl Harbor, &ldquohe was greeted with a red carpet.&rdquo &ldquoHis endorsements were ecstatic. One stated, &lsquoThe Barb is one of the finest fighting submarines this war has ever known.&rsquo &rdquo

Eugene Bennett Fluckey was born in Washington on October 5, 1913. When he was 10, he was mightily impressed by a radio speech by President Calvin Coolidge emphasizing persistence as a prime ingredient for success.

He named his dog Calvin Coolidge, and inspired by the admonition to excel, he finished high school at age 15. He graduated from the Naval Academy in 1935 and served on the submarine Bonita in the early years of World War II, before commanding the Barb and taking as his motto &ldquowe don&rsquot have problems, just solutions.&rdquo

He was awarded the Medal of Honor for the Barb&rsquos attacks on Japanese ships from December 1944 to February 1945 in waters off the eastern coast of occupied China and was cited specifically for the events in the predawn hours of Jan. 23, 1945. The Barb, riding above the surface in shallow, uncharted, mined and rock-obstructed waters, sneaked into a harbor some 250 miles south of Shanghai and scored direct hits on 6 of the more than 30 Japanese ships there. A large ammunition ship was blown up in the attack, according to the citation.

&ldquoClearing the treacherous area at high speed,&rdquo the citation said, &ldquohe brought the Barb through to safety, and four days later sank a large Japanese freighter to complete a record of heroic combat achievement.&rdquo

In the summer of 1945, the Barb became the first American submarine armed with rockets, and it used them to strike a Japanese air station and several factories. On July 23, 1945, the Barb embarked on a sabotage mission. With the submarine standing 950 yards offshore, eight volunteers, aboard a pair of rubber boats, paddled onto Japanese soil on the southern half of Sakhalin Island under cover of night and planted explosive charges on railroad tracks 400 yards inland. Commander Fluckey had considered giving the crewmen a terse Hollywood-style sendoff, but as he told The New York Times afterward, all he could think of was: &ldquoBoys, if you get stuck, head for Siberia, 130 miles north. Following the mountain ranges. Good luck.&rdquo The crewmen did not get stuck, and as they paddled back to the Barb, a 16-car train came by, triggering the explosives. The wreckage flew 200 feet in the air.

Soon after the war ended, Commander Fluckey became an aide to Navy Secretary James Forrestal and to the chief of naval operations, Admiral Chester W. Nimitz. He was promoted to rear admiral in 1960.

He commanded American submarine forces in the Pacific and was the director of naval intelligence in the 1960s. He retired from military service in 1972.

In addition to his daughter, of Summerfield, Fla., and Annapolis, he is survived by his wife, Margaret four grandchildren and four great-grandchildren. His first wife, Marjorie, died in 1979.

For all his exploits, Admiral Fluckey said he was most proud of one thing. As he put it in his memoir, &ldquoThunder Below!&rdquo (University of Illinois Press, 1992): &ldquoNo one who ever served under my command was awarded the Purple Heart for being wounded or killed, and all of us brought our Barb back safe and sound.&rdquo


Cachet Maker ANCS Crew 24 Argonauts


Cachets should be listed in chronological order based on earliest known usage. Use the postmark date or best guess. This applies to add-on cachets as well.

Thumbnail Link
To Cachet
Close-Up Image
Thumbnail Link
To Full
Cover Front Image
Thumbnail Link
To Postmark
or Back Image
Postmark Date
Type de cachet de la poste
Texte de la barre de tueur
Ship
---------
Catégorie

1936-03-12
Locy Type FDC 3 (AC-TTB)
"FIRST DAY IN / COMMISSION"
USS Tarpon SS-175

1936-05-01
Locy Type 3s (B-BTT)
"LAT 16 45N / LONG 104 36W"
USS Cachalot SS-170

Submarine Fleet Maneuvers

Cachet by C. Wright Richell, sponsored by the Argonauts Crew No. 24, ANCS.

1936-07-04
Locy Type 3s (B-BTT)
"A GLORIOUS / FOURTH"
USS Cachalot SS-170

Cacheted, sponsored by the Argonauts Crew No. 24, ANCS.

1936-10-27
Locy Type 3s (B-BTT)
"NAVY DAY / PEARL HARBOR"
USS Cachalot SS-170

Cachet by C. Wright Richell, sponsored by the Argonauts Crew No. 24, ANCS.

1937-01-26
Locy Type FDC 3 (AC-BTT)
"FIRST DAY IN / COMMISSION"
USS Pickerel SS-177

Alex R. Hesse, cachet director, R/S marking on back.

1937-03-12
Locy Type FDC 3 (AC-TTB)
"PORTSMOUTH / N.H."
USS Tarpon SS-175

First Anniversary of Commission

1937-03-17
Locy Type FDC 3 (AC-BBT)
"FIRST DAY IN / COMMISSION"
USS Permit SS-178

Cachet by Douglas C. & Harry F. Wentz, sponsored by the Argonauts Crew No. 24, ANCS. From the Tom Kean collection.

Cachet by P. J. (PeeJay) Ickeringill. Sponsored by the Argonauts Crew No. 24, ANCS, with Alex R. Hesse, cachet director.

Cachet by C. Wright Richell, sponsored by the Argonauts Crew No. 24, ANCS. From the Tom Kean collection.

1937-12-25
Locy Type F
USCS Postmark Catalog Illus. C-136
USS Cuttlefish SS-171
1938-01-01
Locy Type 3 (AC-BTT)
"A HAPPY / NEW YEAR"
USS Cachalot SS-170

Cachet by Richard Buchwald, sponsored by the Argonauts Crew No. 24, ANCS.

1938-01-01
Locy Type 3 (AC-TTB)
"SAN PEDRO / CALIF."
USS Arizona BB-39

Cachet by Frank Kuss, sponsored by the Argonauts Crew No. 24, ANCS. Cachet director is Norman K. Mary

Cachet by Frank Kuss, sponsored by the Argonauts Crew No. 24, ANCS. Cachet is thermographed.

1938-02-12
Locy Type 9x (C)
Locy Type 9v (C)
Locy Type 9x (C)
USS Cachalot SS-170

Cachet by Frank Kuss, sponsored by the Argonauts Crew No. 24, ANCS.

1938-12-01
Locy Type F
USCS Postmark Catalog Illus. C-4a
"OUR FIFTH ANNIVERSARY"
USS Cachalot SS-170

Cachet by Richard Buchwald, sponsored by the Argonauts Crew No. 24, ANCS and the USS Cachalot Chapter No. 53, USCS

1938-12-01
Locy Type 3 (AC-BTT)
"COLO SOLO / CANAL ZONE"
USS Cachalot SS-170

Cachet by Richard Buchwald, sponsored by the Argonauts Crew No. 24, ANCS and the USS Cachalot Chapter No. 53, USCS

1939-03-08
Locy Type FDPS 3 (AC-BBT)
"PORTSMOUTH / N.H."
USS Sculpin SS-191

First Day of Postal Service

1939-11-28
Locy Type 5hsu
"264 FOOT / DEEP DIVE"
USS Dolphin SS-169

Cachet by Richard Buchwald. Sponsored by the Argonauts Crew No. 24, ANCS, with Alex R Hesse, cachet director. Cachet is thermographed.

1940-03-12
Locy Type 3 (A-BBT)
"ISLE SHOALS / 263 FEET"
USS Seawolf SS-197

Cachet by Richard Buchwald, sponsored by the Argonauts Crew No. 24, ANCS, cachet director is Alex R. Hesse. From the Tom Kean collection.

1940-10-01
Locy Type 3 (A-BBT)
"FIRST DAY / POSTAL SERV"
USS Bass SS-164

Cachet by George V. Sadworth, sponsored by the Argonauts Crew No. 24, ANCS. Cachet is thermographed.

1941-03-20
Locy Type FDPS 3 (A-BTB)
"FIRST DAY / MAIL SERVICE"
USS Grayling SS-209

First Day of Postal Service

Cachet by Gordon A. Shaw. Very faint r/s marking from Alex R. Hesse on the back.


Voir la vidéo: Muller Luis Antonio Kashiwa Reysol - 05041995 - Nagoya Grampus Eight 1x4 Kashiwa Reysol - 1 gol